Archive

Trois éléments de lUPC tués dans un accrochage avec la MINUSCA

Les faits se sont produits le lundi 1er mai à 70 km de Zémio au moment les soldats marocains de la MINUSCA escortent, comme à laccoutumée, les convois humanitaires pour Mboki

 

Parfois, il faut être ferme et dur avec ceux qui ne connaissent que le langage des armes. Cest ce que les éléments marocains de la Ninusca viennent de comprendre après la mort de deux des leurs il ya 5 mois dans la même région.

Lattaque des éléments rebelles de lUPC sur un convoi escorté par le contingent marocain de la Minusca à Zémio et la réponse musclée de ce dernier à celle-ci témoigne, en quelque sorte, le réveil tardif de cette Minusca face à des menaces pareilles.

Les faits se sont produits le lundi 1er mai à 70 km de Zémio au moment
les soldats marocains de la MINUSCA escortent, comme à laccoutumée, les convois humanitaires pour Mboki. Daprès les témoins de lévènement joints par CNC, un groupe dune dizaine des Peuls armés assimilés aux éléments de lUPC? a ouvert le feu sur les convois. Illico, les soldats marocains ont riposté. Bilan de lattaque: deux éléments abattus sur-le-champ et deux autres capturés, dont un, grièvement blessé, a rendu son âme à lhôpital militaire de la MINUSCA à Zémio. Ce qui augmente le nombre des rebelles tués à 3.

Cette attaque sest produite après une incursion sanguinaire au milieu de la semaine dernière dun groupe dune vingtaine des Peuls dans la ville de Zémio. Une incursion qui a coûté la vie à six personnes, prises au piège et égorgées.

La MINUSCA na pas encore réagi selon nos sources ici à Zémio et le gouvernement banguissois, daprès les termes de la population locale, ignore que Zémio fait partie de la Centrafrique.

Les habitants de Zémio, Rafaï, Nboki, Bangassou vivent dans la peur et certains passent des nuits dehors sur les toits afin déviter aux différentes captures quorganisent les groupes armés dans la région. La capture la plus cruelle et très craint dans la région est celle la rébellion de la LRA de Joseph Kony actuellement libre de circuler et de tuer qui il veut dans la région.

 



Commentaire


Retour en haut