Archive

Les membres du gouvernement appelés à s’affranchir de la corruption

Cette appel a été lancé par le Premier ministre Simplice-Mathieu Sarandji a clôture, mercredi 26 avril 2017, à Bangui, du séminaire gouvernemental sur le leadership

 

Le Premier ministre Simplice-Mathieu Sarandji a exigé des membres de son gouvernement, des membres de son cabinet et des directeurs de cabinet des départements ministériels, bénéficiaires d’une formation de lutte contre la corruption, de faire preuve « d’intégrité, de courage, de discipline, de loyauté, de diligence, d’humilité, d’optimisme et de conviction, à la clôture, mercredi 26 avril 2017, à Bangui, du séminaire gouvernemental sur le leadership, l'éthique et le contrôle de la corruption.

L’objectif de cette formation, d’après le Premier ministre, est d’équiper, de renforcer, d’encourager et d’inciter les bénéficiaires à placer les intérêts du peuple centrafricain avant toute chose, surtout que le pays avait été désarticulé à la suite des crises politico-militaires et que le peuple ne sait plus à quel saint se vouer.

Dans ses propos, le Premier ministre a fait la différence entre « un homme d’Etat, dont les convictions sont vouées à la cause de la nation, contrairement à un homme politique, dont la vision ne rôde qu’autour de lui-même et de ses intérêts égoïstes ».

 


© Droits reservés
D’après sa perception, « cette formation va bouleverser chaque personnalité, dont la mission est de mettre en œuvre la vision du Président de la République, une vision indispensable pour répondre aux attentes du peuple centrafricain, qui aspire à la paix, au bonheur et à l’harmonie, avec l’élection du Président Faustin-Archange Touadéra ».

Simplice-Mathieu Sarandji a rappelé qu’avec cette formation, le Chef de l’Etat s’attend à des membres du gouvernement et des personnalités « qui jouissent d’une bonne moralité et qui sont loin d’être corrompus ».

Il a signifié que la corruption est un phénomène mondial qui sape la confiance des peuples vis-à-vis de leurs leaders, d’où la nécessité de la combattre coûte que coûte

Le Premier ministre a recommandé aux bénéficiaires de la formation de tout mettre en œuvre pour « changer de paradigme à un moment où le peuple centrafricain attend de ses dirigeants des signaux forts ».

Il faut rappeler que le séminaire gouvernemental sur le leadership, l’éthique et le contrôle de la corruption a été animé par des experts-consultants-formateurs du Centre International pour le Développement de l’Ethique et du Leadership (CIEDL) et de Pointman Leadership Institute.


Commentaire


Retour en haut