Archive

Des membres du gouvernemnt préconisent la vulgarisation de l’initiative

Le but de cette recommandation est de faire adopter aux personnalités chargées de la gestion des institutions ciblées des réflexes, attitudes et comportements positifs dans la gestion des affaires

 

Au nom des bénéficiaires du séminaire atelier de renforcement de capacités des membres du gouvernement sur le leadership, l’éthique et le contrôle de la corruption, la Ministre de l’Environnement, du Développement durable, des Eaux, Forêts, Chasse et Pêche, Arlette Sombo-Dibélé, a révélé la recommandation forte de la formation, qui consiste à étendre l’initiative à certaines institutions clefs de la République, mercredi 26 avril 2017, à Bangui.

Le but de cette recommandation est de faire adopter aux personnalités chargées de la gestion des institutions ciblées des réflexes, attitudes et comportements positifs dans la gestion des affaires de l’Etat.

Les institutions républicaines nommément citées par cette recommandation sont : la Cour Constitutionnelle, le Haut Conseil de la Communication, la Haute Cour de Justice, le Conseil Economique et Social, la Haute Autorité chargée de la Bonne Gouvernance, la Médiation, l’Inspection Générale d’Etat, l’Inspection Générale des Finances, le Contrôle Général du Secteur Para Public, le Conseil Permanent pour la Réforme de l’Administration Centrafricaine, etc.

A la troisième et dernière journée de cette formation, la notion de gouvernance en tant qu’homme d’Etat, développée par le Révérend Dr Augustin Hibaïlé, a retenu l’attention des séminaristes.

D’après l’orateur, un homme d’Etat, contrairement à un homme politique, se préoccupe des problèmes des générations futures, tandis que le second focalise toutes ses attentions sur son parti politique et les prochaines élections.

Si le premier recherche la réussite de son pays, a-t-il poursuivi, le second, lui, réfléchit à la réussite de son organisation politique.

 


© Droits reservés
Les hommes d’Etat cités en exemple sont, entre autres, William Wilberforce, qui a consacré toute sa vie au Royaume Uni à l’abolition de l’esclavage ; Abraham Lincoln également, qui a participé à l’abolition de l’esclavage aux Etats-Unis d’Amérique ; Georges Marshall, qui a persuadé les nations peu touchées par la Seconde Guerre mondiale d’aider à la reconstruction des pays plus touchés ; Nelson Mandela de l’Afrique du Sud, qui a su combattre l’apartheid et réconcilier les Sud-Africains.

Le leader centrafricain Barthélemy Boganda ou le Pasteur Martin Luther King ont, eux aussi, été cités en exemple pour leur vision d’hommes d’Etat.

Il est à noter que la dernière journée de ce séminaire a été dominée par la visite inattendue du Président de la République, Faustin-ArchangeTouadéra, venu encourager les participants.

Rappelons aussi que les formateurs qui se sont succédé afin de délivrer leur message sont : Dr Augustin Hibaïlé, Dr Richard Houmégni, Betser Coetzee, Bob Chadwich, respectivement Directeurs Exécutifs du Centre International pour le Développement de l’Ethique et du Leadership (CIDEL) de la RCA et du Cameroun et Instructeurs du Pointman Leadership Institute (PLI) ainsi que Henri Minder, Expert International et Consultant auprès du Parlement Suisse.

Il est également intéressant de souligner que ce séminaire a regroupé le Premier ministre, Chef du gouvernement, les membres du gouvernement, les représentants des institutions rattachées à la Primature et les directeurs de cabinet des départements ministériels sectoriels, soit au total environ quatre vingt dix participants.


Commentaire


Retour en haut