Archive

La question de líamnistie en RCA agitée dans les journaux à Bangui

La question de líamnistie en RCA domine la Une des journaux de ce mercredi à Bangui avec des critiques acerbes venant de tous bords contre cette initiative.

 

Le quotidien Le Citoyen titre à sa Une : « Du sang sur des groupes armés, un problème moral grave » relevant que « la RCA ne peut pas faire la paix et la réconciliation avec des cadavres ignorés dans les placards de la République ».

Líamnistie, écrit Le Citoyen « est une demande immorale qui ne permettra pas aux nombreux Centrafricains de faire leur deuil et díavoir droit à une justice de réparation. Le journal síinterroge en se demandant : « à quoi servira la Cour pénale spéciale mise en place récemment avec líappui judiciaire de la communauté internationale ?.

Concernant cette question díamnistie, le RJDH, titre sur un front anti-amnistie qui prend forme dans le pays estimant que líidée díamnistie défendue par líUnion africaine en Centrafrique est combattue par la quasi-totalité des forces vives de la nation.

 


© Droits reservés
« Un bloc síest naturellement créé contre cette idée », écrit ce journal en ligne qui fait remarquer que la représentation de líUnion africaine en RCA mène depuis quelques semaines des consultations pour préparer líesprit des forces vives de la nation à líidée díamnistie.

Le RJDH relève enfin quíun front anti-amnistie est en train de prendre forme en Centrafrique, ainsi des actions pourraient être organisées dans les jours à venir pour dénoncer líamnistie, selon des sources proches des organisations de la société civile centrafricaine.

Cependant selon Centrafric Matin, un autre quotidien de Bangui, le président tchadien Idriss Déby, lors díune visite en France, síest montré favorable à cette idée díamnistie qui, díaprès lui, favoriserait la réconciliation entre les frères centrafricains.

Ce quotidien conclut que vu le poids de ce chef díEtat dans le circuit diplomatique africain voire mondial, on ne peut penser quíà un combat rude entre la frange de la communauté internationale qui se propose de porter cette idée et les organisations nationales qui síy opposent.


Commentaire


Retour en haut