Archive

Des chefs de ménage formés aux techniques des cultures vivrières

Quatre vingt dix sept chefs de ménage ont entamé, mardi 11 avril 2017, à Damara dans la préfecture de l'Ombella-M'poko, une formation sur les techniques des cultures vivrières

 

Quatre vingt dix sept chefs de ménage ont entamé, mardi 11 avril 2017, à Damara (75 km au nord-est de Bangui), dans la préfecture de l'Ombella-M'poko, une formation sur les techniques des cultures vivrières.

Cette formation de deux jours, qui síinscrit dans le cadre de la campagne agricole lancée par líOrganisation des Nations Unies pour líAlimentation et líAgriculture (FAO) en République Centrafricaine, a pour but díaider les bénéficiaires à améliorer leurs techniques de préparation des sols, des semis et des récoltes.

Les cultures vivrières ciblées par cette formation, entre autres, líarachide, le maïs, le haricot rouge et le courge, a indiqué l'animateur de la formation, Etienne Bama, qui a également annoncé la distribution de kits agricoles aux participants.

 


© Droits reservés
En raison de ce que la République Centrafricaine sort doucement díune longue période de crise, la Vice-Présidente de líONG GOUFEPA, Jacqueline Zouta, a estimé que « líamélioration des techniques culturales est de nature à favoriser la lutte contre la pauvreté et líinsécurité alimentaire et, par la même occasion, assurer la croissance économique ».

Le Premier adjoint au Maire de la ville de Damara, Marcel Bangafoué, síest dit enthousiasmé car líagriculture, en général et les cultures vivrières, en particulier, font vivre une grande majorité de la population.

Il est à noter que la campagne agricole pour líannée en cours a été officiellement lancée le 23 mars dernier à Bangui par les autorités en charge de líagriculture et le partenaire qui est la FAO.

Dans le cadre de la formation de Damara, líONG GROUFEPA a été identifiée pour accompagner les opérateurs de la culture vivrière. Les activités des bénéficiaires de cette formation ont une incidence sur 700 ménages répondant aux critères de vulnérabilité.


Commentaire


Retour en haut