Archive

Centrafrique : Des tombes profanées au cimetière de Ndrèss

Plusieurs tombes sont profanées au cimetière Ndress situé entre les 4e et 7e arrondissements de Bangui.

 

Plusieurs tombes sont profanées au cimetière Ndress situé entre les 4e et 7e arrondissements de Bangui. Cette pratique qui constitue une menace pour la santé publique, semble échapper au contrôle de la municipalité de Bangui.

La profanation des sépulcres intervient au moment où dans le sud-est du pays, les informations relatives au trafic des ossements humains, sont de plus en persistantes.

Au cimetière Ndress à Bangui, un groupe de jeunes déterrent les restes humains et revendent les fosses díautres familles. Plusieurs tombes sont détruites, selon un constat du RJDH. Agnès, visiblement émue devant cette pratique, regrette ce comportement, « cíest une triste réalité de voir la dernière demeure de son parent, profanée de la sorte. Ce qui est déconcertant, cíest que les parents ne savent pas ce quíils font avec les restes quíils déterrent » , a-t-elle affirmé.

 


© Droits reservés
Un des jeunes interrogés par le RJDH, accuse la mairie, « la municipalité doit déployer des gardes pour veiller sur les tombeaux. Mais cela níest pas fait alors, nous sommes obligés de faire ce que nous faisons pour vivre », défend t-il.

Ferdinand Songuelema, Directeur des affaires juridiques à la mairie de Bangui, promet des mesures fortes pour mettre fin à cette pratique, « les inhumations ont été interdites sur le cimetière de Ndrèss mais cíest bien dommage que certains continuent de se rendre toujours à Ndrèss. Alors nous comptons mener des actions conjointes avec le ministère de líIntérieur afin de freiner cette pratique. Je promets des mesures contre la profanation que nous condamnons avec dernière énergie », annonce ce cadre.

La santé publique, díaprès un médecin au ministère de la Santé, est menacée, « ce qui est grave, cíest que nous ne savons pas comment les restes humains déterrés sont utilisés. En réalité, cíest un canal de contamination qui est dangereuse pour la santé de la population », explique t-il.

Deux arrêtés municipaux de 2005 et 2015, avaient interdit líenterrement au cimetière Ndress pour saturation. Mais depuis, pour avoir de la place, il faut acheter les fausses où des corps ont été retirés par ces jeunes. Il síagit díun véritable business pour cette frange de la jeunesse.


Commentaire


Retour en haut