Archive

Centrafrique : 12 aérodromes réhabilités par le projet Löndo

Les crises à répétition en Centrafrique ont détruit les infrastructures de communication reliant les différents points du pays

 

Les crises à répétition en Centrafrique ont détruit les infrastructures de communication reliant les différents points du pays. L’accès à l’arrière-pays est devenu le chemin de la croix pour tout voyageur affrétant la route. Mais à la faveur du Projet Löndo, douze aérodromes ont été déjà réaménagés.

Malgré la vaste étendue de son territoire (623.000 km2), la République Centrafricaine dispose d’un réseau routier qui est loin d’assurer le désenclavement interne du pays. Pire, les rares aérodromes ne répondent plus au standard requis. Fort de ce constat, « le projet Löndo, dans ses études techniques et sa mise en œuvre, a retenu les aérodromes comme des axes prioritaires devant faire l’objet d’aménagement ou de réhabilitation », lit-on dans un communiqué par ce projet.

Ainsi, depuis son lancement en 2015 jusqu’à sa 4e phase lancée la semaine dernière à Obo, « ce projet a entretenu 1.079 km de routes et 12 aérodromes à l’intérieur du pays », a rapporté l’un de ses responsables.

 


© Droits reservés
Son Coordonnateur national, Lucien Judicaël Montindas’est réjoui que « le trafic aérien est aujourd’hui plus important en RCA pour le transport en toute sécurité des personnes. Idem pour la logistique des Nations-Unies et des nombreuses ONG locales et internationales qui interviennent dans le pays. Il faut pour cela des pistes d’atterrissage bien entretenues et aménagées ».

Désormais, « les aérodromes de Berberati, Ndélé, Bamingi, Carnot, Bayanga, Nola, Bozoum, Paoua, Markounda, Sibut, Mbrès, Kaga Bandoro sont ainsi redevenus praticables et les populations de nos villes s’en réjouissent avec assez de témoignages », a souligné le projet Löndo dans son communiqué.

La réhabilitation de ces infrastructures de transport concoure aussi à la réussite des missions humanitaires. Il ressort que « depuis 2016, l’UNHAS à Bangui (le service aérien humanitaire des Nations-Unies qui dépend du Programme Alimentaire Mondial-PAM), a noué un partenariat gagnant-gagnant avec le projet », a encore souligné le communiqué avant de noter que « l’aménagement des aérodromes facilite aussi le trafic aérien de l’UNHAS qui transporte la logistique du PAM. Le PAM fournit une aide d’urgence vitale aux populations de la RCA, y compris un soutien nutritionnel à des milliers d’enfants souffrant de malnutrition chronique et aigüe. Les deux tiers des bénéficiaires de l’aide humanitaire se trouvent à l’intérieur du pays ».

Même si les aérodromes sont aménagés par ce projet, ils ne répondent pas encore aux normes internationales. Pour sa phase 4, le projet Löndo recrutera 8.000 ouvriers pour l’entretien manuel des voies de communication.


Commentaire


Retour en haut