Archive

Centrafrique : un journaliste maintenu en garde à vue à l’OCRB à Bangui

Bienvenu Doumta, directeur de publication du journal « la fraternité » est maintenu à l’office de répression de banditisme à Bangui après son audition par la police de répression du banditisme

 

Bienvenu Doumta, directeur de publication du journal « la fraternité » est maintenu à l’office de répression de banditisme à Bangui après son audition par la police de répression du banditisme. La publication d’un article dénonçant un contrat de gré à gré signé entre le gouvernement et une société ivoirienne serait à l’origine selon la rédaction du journal la Fraternité.

Le journaliste Bienvenu Doumta est maintenu à l’office de répression du banditisme pour avoir critiqué la signature d’un accord de gré à gré d’une convention entre le gouvernement et une société ivoirienne pour l’établissement des cartes d’identité nationale et acte d’état-civil après la crise. Ce maintien en garde à vue intervient alors que l’ordonnance 005 sur la liberté de la presse et portant dépénalisation des délits de presse est encore en vigueur.

 


© Droits reservés
Des sources proches de la rédaction du Journal la Fraternité ont noté que Bienvenu Doumta n’est pas un bandit pour être arrêté à l’OCRB « il a simplement publié un article dans lequel, il a décrié une convention de gré à gré signé entre le gouvernement et la société ivoirienne. Et une convention selon la constitution doit nécessairement passée devant l’Assemblée laquelle a la qualité constitutionnelle d’autoriser la signature » a souligné un proche collaborateur de Bienvenu Doumta.

Des sources judiciaires, aucune plainte n’a été déposée contre le journaliste et qu’il a été auditionné par la police qui lui exige de montrer ses sources d’information. Le ministre Henri Marie Dondra mis en cause dans l’article et à l’origine de la situation de Bienvenu Doumta n’a pas été joignable.

Le maintien en garde à vue de Bienvenu Doumta à l’OCRB intervient quelque mois celui de Marcelin Zoumadou du journal l’Harmatan.


Commentaire


Retour en haut