Archive

Le Ministère de líElevage et de la Santé animale lance une campagne contre la rage

La campagne a été lancée le lundi 27 mars à Bangui et va couvrir pendant trois jours toute la capitale centrafricaine

 

Le Ministère de líElevage et de la Santé animale a lancé, lundi 27 mars, à Bangui, une campagne de vaccination contre la rage animale qui va couvrir pendant trois (3) jours toute la capitale centrafricaine et les communes périphériques de Begoua et Bimbo avant de síétendre sur tout le territoire.

La rage est un véritable fléau qui est appelé à être éradiquée au sein de la population centrafricaine qui a tendance à líignorer, a expliqué le Ministre de líElevage et de la Santé Animale, Yerima Youssoufa Mandjo.

« De toutes les maladies tropicales négligées, la rage est celle qui fait plus de victimes avec environ 60 mille morts par an. La prise en charge des personnes mordues et la surveillance de la rage reste un problème majeur de santé publique. La population est souvent mal informée du risque car dans la majorité des cas, des personnes exposées ne consultent pas immédiatement un personnel de santé. Et une fois les symptômes apparus, plus rien ne peut les sauver. », a-t-il souligné.

Le représentant de líOMS à Bangui, le Docteur Michel Yao, a pour sa part rappelé que « la rage est une maladie mortelle chez les hommes. Quant-elle est déclarée, le seul moyen de la contrôler demeure la prévention par la vaccination des chiens et animaux domestiques ».

« Le nombre des personnes mordues est partie de 873 à 1830 entre 2015 à 2016. Parmi ces personnes, malheureusement six (6) personnes ont développé la maladie et en sont mortes pour la plupart des enfants. Et cette situation semble se poursuivre au cours du premier trimestre de cette année où líon déplore déjà près de 300 cas de morsures avec une moyenne de 30 morsures par semaine. », a-t-il ajouté, se référant aux statistiques de la clinique Vétérinaire de líInstitut Pasteur de Bangui.

 


© Droits reservés
Cíest cette situation qui oblige à líengagement de tous, a-t-il conclu.

Le représentant du représentant de la FAO, le Docteur Bakary Cissé chargé de líélevage, de la santé animale et de la transhumance, a profité de cette occasion pour demander « une action collective allant de la vaccination massive des chiens vers la sensibilisation et la formation du grand public ».

Il convient de signaler que la rage animale se manifeste par des signes díagressivité de líanimal sur tout ce qui bouge, y compris son propriétaire, un aboiement excessif et inhabituel, le refus de manger et, surtout, de boire et la mort en quelques jours après ces symptômes. Chez líhomme, elle se manifeste également par une agressivité, puis celui-ci refuse de manger et de boire. Il perd du poids et finit par mourir dans une détresse nerveuse.

Ce sont les organisations internationales comme líOrganisation Mondiale de la Santé (OMS), líOrganisation des Nations Unies pour líAgriculture (FAO), le Bureau de Coordination de líInformation Humanitaire (OCHA) et (OIE) qui appuient le Ministère de líElevage et de la Santé Animale dans ce processus de lutte contre la rage.


Commentaire


Retour en haut