Archive

Centrafrique : Les habitants voisins du pont Sapeke déguerpissent dans líattente des titres fonciers

Après plusieurs polémiques, les habitants voisins du pont Sapeke situés entre les 2e et 6e arrondissements, ont décidé de libérer les locaux depuis mardi 21 février 2017

 

Après plusieurs polémiques, les habitants voisins du pont Sapeke situés entre les 2e et 6e arrondissements, ont décidé de libérer les locaux depuis mardi 21 février 2017, et faciliter les travaux de reconstruction du pont. Ils vont désormais regagner le site qui leur a été affecté par le gouvernement centrafricain, à CICI dans le 2e arrondissement de Bangui.

La décision du gouvernement demandant aux habitants voisins du pont Sapeke, de libérer les périphéries du pont pour faciliter líentreprise chinoise dans son travail de reconstruction du pont est acceptée après plusieurs refus de la part des occupants. Les travaux de reconstruction du pont canal Sapeke ont été lancés depuis le 16 décembre 2016 après six ans díaffaissement.

Les concernés affirment être dans líobligation de regagner le nouveau site « le terrain qui nous a été affecté ne vaut même nos maisons. Mais nous sommes obligés de libérer le chantier afin de faciliter les travaux de reconstruction du pont qui va faciliter le transport», a dit un habitant.

Ces occupants ont déploré le manque des titres fonciers de nouveaux terrains « nous regrettons le manque des titres fonciers. Au ministère de líurbanisme, on nous demande de payer une somme de 19.000 FCFA, alors que cela faisait partie de nos revendications », a critiqué un chef de ménage.

Bertrand Laguerre chef du quartier Sapeke 2, salue líaboutissement de ces négociations avec les propriétaires des maisons à démolir, « nous avons tenu des réunions pour aboutir à cette décision bien quíil nía pas été facile de convaincre les administrés à quitter le chantier », se félicite-t-il tout en soulignant que la question des titres viendra après.

58 ménages doivent libérer le chantier afin de faciliter les travaux à líentreprise chinoise Jong Jin.

 



Commentaire


Retour en haut