Archive

Centrafrique : Le gouvernement et la FAO Recherchent la cause des infections de poissons en vue díune riposte

Le poisson fait partie des recettes quotidiennes des centrafricains. Les blessures constatées sur les poissons constituent une préoccupation pour les consommateurs

 

Connaitre les causes du syndrome ulcératif épizootique des poissons et organiser la riposte, cíest líobjectif de líinvestigation au cours díune rencontre interministérielle avec líappui de la FAO ce 27 février à Bangui.

Le poisson fait partie des recettes quotidiennes des centrafricains. Les blessures constatées sur les poissons constituent une préoccupation pour les consommateurs. Le premier constaté a été enregistré en 2015 dans le sud de la RCA. Plus de deux ans après, il níexiste pas encore de riposte et cíest dans ce contexte que les ministères concernés veulent apporter une réponse.

 


© Droits reservés
Etienne Ngounio-Gagbia, chargé de programme à la FAO présente les objectifs de líinitiative, « renforcer les connaissances du comité sur la pathologie, savoir le syndrome ulcératif épizootique des poissons, les méthodes de collecte díéchantillons de poissons infectés ; les tests díapplication du système de monitoring et les conditionnements díenvoi à líétranger pour analyse des échantillons, font partie intégrante du programme », a-t-il expliqué.

Il a en outre présenté que líenjeu est « díétablir des documents pouvant aboutir à líélaboration díun projet sous régional sur les investigations et riposte contre les syndromes des infections des poissons en Afrique Centrale, car le phénomène est un manque à gagner pour les pisciculteurs et les pécheurs » a-t-il ajouté.

Neuf préfectures y compris Bangui sont touchées par la pathologie de poisson blessé. La dernière en date remonte au 3 février dans la Kémo au centre du pays.


Commentaire


Retour en haut