Archive

La Minusca appelle au calme après les incidents meurtriers du 7 février

Le porte parole de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations-Unies (MINUSCA), Monteiro a appelé, mercredi 8 février 2017 à Bangui

 

Le porte parole de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations-Unies (MINUSCA), Monteiro a appelé, mercredi 8 février 2017 à Bangui, la population du 3ème arrondissement de Bangui à garder leur calme en vue díéviter tout acte susceptible díexacerber les tensions intercommunautaires.

Cet appel intervient à la suite díune opération des forces de líordre appuyés par la force onusienne visant à appréhender le chef d'une bande armée du Km5.

Le porte-parole de la MINUSCA a saisi cette opportunité pour réitérer la volonté de la Mission à soutenir le gouvernement centrafricain pour consolider la paix et promouvoir le dialogue ainsi que la cohésion sociale entre les communautés vivant dans le pays.

Il a, par ailleurs, annoncé la tenue prochaine díun atelier de formation et de sensibilisation des femmes leaders des seize préfectures sur la justice coutumière et son mécanisme tendant à contribuer à la réconciliation nationale.

Au sujet du processus de Désarmement Démobilisation, Réinsertion et rapatriement (DDRR), Vladimir Montéiro a affirmé que le processus du pré-DDRR a démarré par líauto-prise en charge des ex-combattants à travers les activités génératrices de revenues.

Il a déploré la poursuite des violations des Droits de líHomme par les groupes armés.

Il convient de rappelé que le chef de bande, Youssouf Malenga alias Big Man a été abattu dans l'après-midi du mardi 7 février 2017, lors díune opération visant son arrestation dans le 3ème arrondissement de Bangui.

L'opération a provoqué des représailles qui ont fait des victimes parmi les civils, dont l'ancien membres du Haut Conseil de la Communication, Jean-Paul Sankagui.

 



Commentaire


Retour en haut