Archive

Centrafrique : Des artistes dénoncent la vente du centre culturel Catherine Samba Panza

Les artistes centrafricains ne décolèrent pas suite à la vente par líancien ministre de la transition Samedi Nicaise Karnou du centre culturel Catherine Samba Panza

 

Les artistes centrafricains ne décolèrent pas suite à la vente par líancien ministre de la transition Samedi Nicaise Karnou du centre culturel Catherine Samba Panza à Rayan un opérateur économique libanais. Cette affaire pendante devant le tribunal de Grande Instance est décriée par Vincent Mambachaka et Nina Darnaye tous, artistes centrafricains.

La vente des bâtiments administratifs est monnaie courante en Centrafrique et le plus souvent dans líopacité selon le constat du RJDH. Le Centre Culturel Samba Panza qui abrite les services du bureau des droits díauteurs (BUCADA), un espace artistique, líEcole Nationale des Arts et autres services dont le ministère de la Jeunesse et líONASPORT veulent déguerpir níest pas loin de ce phénomène ravageur.

 


© Droits réservés
Pour les artistes, líendroit est une propriété acquise des artistes puisquíil abrite le ministère des arts, « nous avons demandé à ce que Rayan arrête le chantier. Cíest un domaine public, la FAO avait un entrepôt ici, mais ils sont partis parce que le libanais leur demande de partir. Nous avons saisi la justice pour un pourvoit en annulation de líacte de vente » a indiqué Vincent Mambachaka.

Le bras de fer entre les artistes et líacquéreur se poursuit alors que ce même espace en principe propriété privée est mise en exploitation par líONASPORT.

La société Rayan poursuit les travaux et la tension remonte parmi les artistes qui menacent de descendre dans la rue. Les Ministères concernés ainsi que Rayan ne sont pas disposés à répondre au RJDH.

Pendant la transition, plusieurs bâtiments publics ont été vendus à Bangui, Berberati et Bouar.


Commentaire


Retour en haut