Archive

Centrafrique : Bangui, le business de líeau, à quoi sert la SODECA ?

LĎeau potable dans les maisons, sortant de robinets, une banalité en occident, mais en RCA, cíest une exception

 

la société de distribution díeau en Centrafrique (SODECA), entreprise díEtat, en charge de la distribution díeau potable à la population centrafricaine, toujours dans líincapacité chronique díaccomplir sa mission. A Bangui, et plus encore en province, la population est contrainte de se contenter díeau issue de puits.

LĎeau potable dans les maisons, sortant de robinets, une banalité en occident, mais en RCA, cíest une exception. Car hormis les privilégies de Bangui Ė Diplomates, politiciens et autres avantagés, pour le reste de la population, pouvoir disposer de líeau potable relève du parcours du combattant.

Cas éponyme de la capitale face aux provinces complètement négligées, cíest toujours le moyen age. Bangui la coquette des années 50/60 sous líère coloniale avec de líeau potable pratiquement pour tous dans les domiciles, dorénavant, relève du fantasme.

 


© Droits réservés

La saisons sèche pointant son nez, on voit déjà des débuts de crise, notamment dans les 4 et 5ème arrondissements, en grandes difficulté actuellement pour avoir de líeau.

De líeau à Bangui pour le commun ? Il faut la trouver dans des puits érigées de fontaines de distribution, cas par exemple de celle de Gobongo, où dès 3 heures du matin, líon y assiste à une longue queue de personnes en attente de leur tour pour avoir la manne sacrée. Les bidons síalignent, et on attend son tour.

Cela a donné líidée à quelques petits malins díinitier un petit business très lucratif, pour tout simplement vendre de líeau aux nécessiteux.

Le trafic se déroule de la sorte, une sorte de chef de fontaine vend líeau à des revendeurs 15 F CFA le bidon, et ces derniers díaller les revendre 100 F dans les quartiers. Après, on se partage les bénéfices.

Une juteuse affaire échappant totalement au contrôle de la SODECA, incapable déjà díurbanisation aquatique depuis des années.

Un problème qui níintéresse absolument pas les nantis, puisque eux ont líeau courante chez eux à volonté.


Commentaire


Retour en haut