Archive

Centrafrique : Le porte-parole de 3R rejette les accusations de crimes dans le Nord

Bachir, porte-parole du mouvement armé Retour, Réclamation et Réhabilitation(RRR) du général Sidiki a rejeté toutes les accusations de crimes attribuées à leur mouvement dans líOuham-Péndé

 

Bachir, porte-parole du mouvement armé Retour, Réclamation et Réhabilitation(RRR) du général Sidiki a rejeté toutes les accusations de crimes attribuées à leur mouvement dans líOuham-Péndé. Il lía dit dans un entretien accordé ce jour au RJDH.

La réaction de Bachir porte-parole du groupe rebelle RRR du général Sidiki est intervenue deux-mois et demi après de nombreux combats opposant ce mouvement aux Antibalaka dans la région de líOuham Pendé. Ces combats ont fait plusieurs morts, de nombreux déplacés et díimportants dégâts matériels.

 


© Droits réservés
Le porte-parole de RRR Bachir rejette les accusations portées contre le mouvement en ces termes, « tuer ou violer son propre peuple ne fait pas partie de nos objectifs. Cíest vrai que nous avons occupé la ville de Koui depuis 2 mois et demi mais nous níavons pas commis díexactions. Homen Writh Rigth était venu constater les faits. Nous voulons juste protéger nos biens car nous étions à plusieurs reprises victimes des Antibalaka. Mais actuellement les habitants de Koui sont entrain de regagner leurs domiciles ».

Líobjectif actuel du mouvement 3R, selon son porte-parole est de protéger les peulhs et garantir leur libre circulation, « nous luttons contre ceux qui sont contre les peulhs. On ne peut pas faire la transhumance dans líinsécurité. Aussi, nous militons pour le retour de la paix et la sécurité pour permettre à notre gouvernement de concrétiser les promesses de Bruxelles » fait-il savoir. Ce mouvement armé síest dit ouvert au processus DDRR souhaité par le chef de líEtat.

Le général Sidiki, chef militaire de 3R est considéré comme un étranger. Son mouvement est accusé depuis deux mois de nombreux crimes dans le nord-ouest de la RCA.


Commentaire


Retour en haut