Archive

Centrafrique: Une réception d’adieux pour la Représentante du Secrétaire Général des Nations-Unies

Mme Sahle Work Zewdé, déplore l’impasse du processus DDR

 

La Représentante du Secrétaire Général des Nations-Unies en Centrafrique, Mme Sahle Work Zewdé, au terme de sa mission en RCA a déploré que le processus Désarmement Démobilisation et Réinsertion (DDR) ait marqué le pas et que le désarmement n’ait pas pu commencer plus de deux ans après sa mise sur pied, C’était ce mercredi 27 avril au cours d’une réception d’adieux, à Bangui. La diplomate onusienne a affirmé dans son discours que la phase des ex-combattants s’est achevée récemment dans le Nord-Ouest sous la supervision des Observateurs Militaires de la MICOPAX. Ainsi, «Un total de 6.067 ex-combattants se sont présentés spontanément pour être vérifier, et plus tard désarmés et démobilisés», a –t-elle précisé. D’autre part, elle a ajouté, qu’une stratégie est à présent formulée et permettra d’offrir des perspectives réelles de réinsertion, de réintégration et de réconciliation aux ex-combattants, et à leurs communautés d’accueil.

 


© journaldebangui.com
La Représentante du Secrétaire Général des Nations-Unies en Centrafrique, Mme Sahle Work Zewdé
S’agissant de la participation politique des femmes à prise de décision et la lute contre les violences basées sur le genre, Mme Sahle Work Zewdé a déclaré que «nous devons tous et toutes nous féliciter du fait qu’au lendemain des récentes élections législatives et de la formation du nouveau gouvernement, l’on constate que le nombre de femmes dans le gouvernement et à l’Assemblée Nationale a connu une légère hausse qu’il serait souhaitable de maintenir et d’améliorer au fil de temps.» Au plan politique, elle a suggéré qu’il faille également et dès maintenant préparer les prochaines élections, et appuyer la mise en place et le développement d’une administration électorale pérenne à travers un secrétariat administratif permanent et les mesures d’accompagnement légal, institutionnel, technique et financier.

«Je demeure convaincue que les acteurs politiques centrafricains sauront puiser dans l’esprit de dialogue et de consensus afin d’engager, dès que possible, les réformes et améliorations nécessaires au prochain cycle électoral», a-elle poursuivi. «Ceci contribuera, je l’espère à nourrir la réflexion qui doit être menée sur la problématique des élections sur le continent», a conclu la diplomate.Arrivée à Bangui en juin 2009, Mme Zewdé est maintenant nommée au poste récemment créé de Directeur du Bureau l’Organisation des nations-Unies Nairobi, avec rang de sous Secrétaire général.

 



Commentaire


Retour en haut