Archive

Centrafrique : Situation actuelle des réfugiés et déplacés centrafricains

La Centrafrique compte encore plusieurs déplacés internes, des réfugiés sur son sols et ses populations réfugiés dans les pays limitrophes

 

La Centrafrique compte encore plusieurs déplacés internes, des réfugiés sur son sols et ses populations réfugiés dans les pays limitrophes. Selon les statistiques du UNHCR, plus de 400.000 réfugiés centrafricains vivent hors du pays et presque le même nombre vie dans les sites des déplacés selon les données du HCR.

La situation sécuritaire, moins brulante que les années précédentes ne favorise pas encore le retour des réfugiés et des déplacés dans leur lieu díhabitation habituelle.

Selon les dernières données de líUNHCR, les Personnes déplacées internes sont aujourdíhui estimées à 420.681. Cependant, dans les pays limitrophes, 474.848 centrafricains y résident, notamment 276.224 au Cameroun, 96.472 en RDC, 69.388 au Tchad, 29.304 au Congo Brazzaville, 1.878 au Soudan du Sud et 1.582 au Soudan.

 


© Droits réservés
Depuis le début de líannée, au moins 199.599 déplacés sont retournés dans leur lieu de résidence habituelle. 12 rapatriements volontaires des réfugiés vers la Centrafrique et 26.792 réfugiés centrafricains sont rentrés díune manière spontanée. Peut-on noter dans cette donnée statique du septembre 2016.

La Centrafrique accueille aussi 12.473 réfugiés et 424 demandeurs díasiles en dépit de son instabilité. Le pays a enregistré depuis 2016 au moins 5.125 réfugiés principalement du Soudan du Sud, parmi lesquels 86 nouveaux réfugiés en octobre. 8 réfugiés ont été rapatriés volontairement depuis le début de líannée.

Statistiques au 30 septembre : 12,363 Réfugiés en RCA, 384,884 déplacés internes, 467.960 réfugiés centrafricains dans les pays limitrophes. Une situation de légère augmentation suite aux violences de ces derniers temps. Líeffectif des réfugiés dans les pays limitrophes pourrait se stabiliser soit augmenter díici janvier 2017 suite aux conflits liés à la transhumance dans le pays.


Commentaire


Retour en haut