Archive

Centrafrique: la chefferie traditionnelle intégrée dans la chaîne de l’autorité de l’Etat

L’objectif recherché est de restituer les résultats des communications faites par les consultants et les experts afin de confirmer ou compléter les données

 

Le Conseiller chargé des Affaires politiques à la primature, Rigobert Vondo, a déclaré que l’intégration de la chefferie traditionnelle est dans la chaine de l’autorité de l’Etat et sa valorisation est une question clé et demeure parmi les institutions de la République, lors de la clôture des travaux de la retraite préparatoire à la concertation nationale des chefferies traditionnelles en Centrafrique, vendredi 18 novembre 2016, à Bangui.


L’objectif recherché est de restituer les résultats des communications faites par les consultants et les experts afin de confirmer ou compléter les données qui découlent de ladite question.

M. Rigobert Vondo a fait savoir que la dépravation des mœurs, l’incivisme et le non respect des autorités ne favorisent pas la restauration de l’autorité traditionnelle.

« C’est en tirant les leçons des expériences des fora de Bangui qui ont formulé des recommandations parmi lesquelles l'intégration du pouvoir et de l'autorité traditionnelle dans la chaine de l’Etat et sa valorisation », a souligné Rigobert Vondo.

L’Inspecteur central au ministère de l’Intérieur, Boris Armand Sakaga, a pour sa part, relevé l’absence d’une politique forte pour une vision pertinente de l’avenir face à la flambée de la corruption, de l’impunité, de l’injustice et de la prédation des ressources au détriment de la population condamnée à vivre dans la précarité et la fragilité.

Il est à noter que la chefferie traditionnelle en Centrafrique, en dépit de sa situation critique depuis plus d’un siècle reste en mémoire et dans la conscience des communautés. Une observation des différentes composantes ethnos-sociales fourni des informations pertinentes et importantes qui permettent de mesurer l’ampleur d’une telle structure.

 



Commentaire


Retour en haut