Archive

Politique : quand le PM Sarandji reprend en mains radio Centrafrique

La radio nationale privée de son durant plusieurs heures dans la nuit du 15 au 16 novembre, occasion pour le PM díy aller pour y pousser une grosse colère.

 

La radio nationale privée de son durant plusieurs heures dans la nuit du 15 au 16 novembre, occasion pour le PM díy aller pour y pousser une grosse colère.

Sauf que, Radio Centrafrique nía pas émis un bon moment, non pas à cause díun souci technique, mais à cause díun des habituels désagréables délestages de courant de líENERCA.

Difficulté pour la radio, le groupe électrogène autonome níavait plus de carburant à ce moment là.

Ce que son directeur technique avait tenté en vain díexpliquer au Premier ministre.

 


© Droits réservés
Mais Mathieu Sarandji avait un autre grief contre cette radio, quíil a accusé de colporter des ragots sans vérification, notamment en déclarant que lors de la manifestation des élèves du Caron, il y avait eu des morts et des blessés.

Ce qui de Bruxelles, la veille de líouverture de la conférence des donateurs, avait poussé TOUADERA a ordonner à SARANDJI de demander à la proviseure du CARON de faire une mise au point par une conférence de presse.

La proviseure síexécutera dès le lendemain.

En final, le PM síest lâché en mode soviétique de la bonne époque, en déclarant aux responsables éberlués de la radio :

« Radio Centrafrique est la voix du gouvernement, si líon veut rétablir la vérité, cela ne peut pas se faire autrement que par la Radio nationale ».


Commentaire


Retour en haut