Archive

Centrafrique : Le président du MESAN appelle à la formalisation de l’union sacrée

Jean Pierre Nguerekpidou, président du MESAN, un parti politique proche du chef de l’Etat, a appelé à la formalisation de l’union sacrée

 

Jean Pierre Nguerekpidou, président du MESAN, un parti politique proche du chef de l’Etat, a appelé à la formalisation de l’union sacrée, idée relancée par le président de la République lors de la concertation des forces vives de la nation, la semaine dernière. Ce souhait a été fait lors d’une interview accordée au RJDH, le lundi 31 octobre.

L’idée de l’union sacrée est soutenue par le MESAN qui pense que la situation actuelle du pays exige cette démarche « le président de la République a bien fait de relancer l’idée de l’union sacrée. Nous pensons au MESAN que c’est dans le cadre de ce rassemblement républicain que le pays pourra faire face aux défis actuels » a expliqué Jean-Pierre Nguerekpidou.

Le président du MESAN estime que l’idée doit être formalisée afin de permettre aux uns et aux autres d’apporter leur contribution « il faut créer aujourd’hui un cadre à cette idée. En plus, elle doit avoir du contenu pour que nous sachions ou nous allons. C’est pourquoi mon parti se bat pour que l’union sacrée ait un contenu clair et surtout qu’elle soit formalisée » a-t-il souhaité. Pour le président de cette formation politique, l’union sacrée ne doit pas prôner le conformisme « au MESAN, nous souhaitons une union qui accepte les divergences parce qu’il faut que tout le monde apporte son avis. Le rassemblement que nous voulons, doit encourager les initiatives car nous pensons que c’est dans les divergences que nous pouvons sortir quelque chose de meilleur pour ce pays » affirme Jean-Pierre Nguerekpidou.

L’idée de l’union sacrée avait été proposée par Faustin Archange Touadéra aux forces vives de la nation après sa victoire au second tour de la présidentielle. Elle n’a pas semblé marcher depuis l’investiture du président de la République le 30 mars 2016. Le mois dernier, Anicet Georges Dologuelé, président de l’URCA et opposant à Touadéréa, a pris ses distances vis-à-vis de cette union qui pour lui n’a jamais été mise en œuvre. Ce dernier joint par le RJDH après la relance de l’idée par le chef de l’Etat, n’a pas souhaité se prononcer sur la question.

 



Commentaire


Retour en haut