Archive

La sécurité sur la route nationale en vedette dans la presse centrafricaine

Les contrôles d’identité sur la route nationale N°1 menant au Cameroun est le principal sujet abordé ce jeudi par la presse centrafricaine

 

Les contrôles d’identité sur la route nationale N°1 menant au Cameroun est le principal sujet abordé ce jeudi par la presse centrafricaine.

‘’L’identification des femmes exigée aux check-point sur l’axe Bangui-Baoro’’, titre Le Réseau des journalistes en droits de l’homme (RJDH). Les femmes ne sont plus exemptées des contrôles policiers sur les barrières disposées le long du corridor Bangui-Baoro, affirme RJDH, précisant que cette décision a été prise dans le cadre du renforcement des mesures sécuritaires dans cette localité.

Selon RJDH, la sous-préfecture de Baoro est stratégique pour la République Centrafricaine à cause de sa situation géographique. Située sur la Route Nationale N°1, c’est l’un des grands carrefours de l’ouest de la RCA menant au Cameroun voisin qui ravitaille le pays en vivres et autres produits.

Par mesure de sécurité, note RJDH, les femmes sont désormais obligées de présenter aux différents points de contrôle leurs pièces d’identité, au même titre que les hommes circulant sur cette voie.

Abordant le même sujet, La Fraternité écrit que « cette décision est saluée par les usagers de cet axe » car selon les propos d’un voyageur, « le contrôle des femmes sur les barrières n’est pas blâmable. Outre son caractère sécuritaire, il permet d’identifier surtout les voyageurs en cas d’accidents ».

Dans tous les cas, indique un policier cité par le journal, « la détention de carte d’identité nationale est un devoir civique qui n’exclut pas les femmes » lesquelles « doivent circuler librement ».

Le RJDH note que quoiqu’il en soit « la situation sécuritaire du pays a démotivé beaucoup de femmes qui voyagent sur ce corridor. Elles craignent pour leur sécurité ».

 



Commentaire


Retour en haut