Archive

Centrafrique : Le parquet de Bangui ouvre une enquête sur la ville morte

Une enquête est ouverte sur la ville morte qui, selon le parquet aurait fait quatre morts et quatorze blessés

 

Une enquête est ouverte sur la ville morte qui, selon le parquet aurait fait quatre morts et quatorze blessés. Líannonce a été faite au RJDH ce mardi 25 octobre par Ghislain Gresénguet, procureur de la République prêt le tribunal de grande instance de Bangui.

Le procureur de la République considère líouverture de cette enquête comme une nécessité pour le parquet « dès lors où des Centrafricains sont tués lors díune manifestation, il est de notre devoir díétablir les responsabilités, cíest dans ce sens là que depuis hier, nous avons ouvert cette enquête sur laquelle se penche déjà la Section de Recherches et díInvestigations (SRI » a confié Ghislain Gresénguet.

Líenquête, selon le procureur de la République est au stade díenregistrement de bilan « depuis hier, nous ne faisons que faire le bilan de la manifestation. Il est question à ce stade de líenquête díavoir une idée sur le bilan. Cíest ainsi que nous avons pu enregistrer 4 morts et 14 blessés et líopération continue au niveau des centres de santé » a-t-il expliqué.

 


© Droits réservés
Líobjectif de cette procédure est, díaprès Ghislain Gresénguet díétablir les responsabilités et engager des poursuites. Gervais Lakosso est visé par cette enquête, selon le procureur qui pense que ce dernier síest lui-même présenté comme étant auteur de la ville morte qui síest soldée par des pertes en vies humaines « líenquête ne vise personne, ce sont les résultats qui nous diront qui est impliqué dans la ville morte qui a causé ces morts. Mais au sujet de Lakosso, je puis vous dire quíil níest pas visé, il síest lui-même attribué la paternité de la manifestation qui était portant interdite. Dans ces conditions, il devra répondre de cela » a-t-il précisé.

Le procureur a regretté le fait que la Minusca ait tiré sur les manifestants « nous avons appris que les casques bleus ont tiré sur les manifestants, seule líenquête nous le dira mais si cela est avéré, je pense que cíest grave car la Minusca est là pour nous aider à combattre líinsécurité et non tuer le peuple centrafricain » a dénoncé Ghislain Gresénguet.

Les activités reprennent timidement à Bangui après la ville morte de la vieille. Le mot díordre a été suivi à plus de 90%. La ville morte était organisée par la société civile pour exiger le départ de la Minusca accusée díinaction face aux rebelles


Commentaire


Retour en haut