Archive

RCA : des tracasseries sur le Haut-Oubangui

En République Centrafricaine (RCA), la navigation sur le fleuve Haut-Oubangui est un parcours du combattant pour les nombreux opérateurs économiques

 

En République Centrafricaine (RCA), la navigation sur le fleuve Haut-Oubangui est un parcours du combattant pour les nombreux opérateurs économiques, depuis le déclenchement de la crise dans ce pays. L'organisation des élections et le retour à l'ordre constitutionnel n'ont rien changé.

La navigation a repris sur le fleuve après une interruption qui a duré plus de deux ans à cause de l'insécurité. A Port Sao, en amont du fleuve Oubangui, à Bangui, une vingtaine de baleinières sont accostées. Elles desservent les villages longeant le fleuve : Kouango, Zangba, Mobaye, etc.

Autour du port est installé un marché de fortune, qui est alimenté par des hommes et des femmes vivant du commerce, des deux côtés du fleuve.

 


© Droits réservés
Les commerçants qui font ce trajet de 1 200 kilomètres subissent les nombreuses tracasseries des groupes armés et des forces de sécurité. Exploitants de baleinières et commerçants se plaignent des taxes exorbitantes qui leur sont imposées.

Léa Josiane Azouka, une commerçante, dénonce les tracasseries subies durant le voyage qui dure généralement deux semaines. "Ces voyages nous amènent souvent jusqu'à Kouango, où nous achetons du manioc, du poisson fumé, de l'huile de palme et des arachides. Auparavant, c'était les Antibalaka (Ndlr : une milice constituée majoritairement de chrétiens) qui étaient la cause de nos souffrances", se rappelle-t-elle.

"Depuis que les gendarmes ont repris le contrôle sur les barrières, la situation s'est améliorée. Par contre, les tracasseries, ont les subit encore à Kouango, où les Séléka (une milice constituée de musulmans pour la plupart) sont les maîtres des lieux. Ils prélèvent des taxes sur toutes nos marchandises : savon, sucre, sel, essence, etc. Et cela nous fait dépenser beaucoup d'argent", se désole Léa Josiane Azouka.


Commentaire


Retour en haut