Archive

Les groupes armés à la Une des quotidiens de ce vendredi à Bangui

Le RJDH, dans son édition du jour, s’est intéressé à la tenue à Bria, au centre est de Centrafrique, du 18 au 19 octobre, d’une assemblée générale des ex sélékas

 

Le RJDH, dans son édition du jour, s’est intéressé à la tenue à Bria, au centre est de Centrafrique, du 18 au 19 octobre, d’une assemblée générale des ex sélékas, informant que cette organisation projette de cantonner ses combattants.


Selon le journal, la rencontre a été présidée par le chef de l’UFDR, une des branches de la Séléka, Zacharia Damane, et a connu la participation de plusieurs leaders des groupes armés dont Abdoulaye Hissein donné pourtant mort à Bangui.

Certaines autorités locales et les administrés de Bria étaient aussi à cette assemblée générale, a rapporté le colonel Narkoyo, porte-parole du mouvement.

Au cours de cette rencontre, plusieurs décisions ont été prises notamment le regroupement des combattants de la Séléka et leur cantonnement en vue du DDRR. Ce cantonnement nous permettra de surveiller nos hommes et de réduire les cas de pillages, braquages à mains armés commises par des combattants incontrôlés, a expliqué le colonel Narkoyo.

Abdoulaye Hissein a été désigné pendant cette rencontre, président du Conseil national de défense et de sécurité au sein du mouvement Séléka.

Le RJDH note que le MPC d’Alkhatim et l’UPC d’Ali Darras, d’autres branches de Séléka, n’ont pas pris part à cette rencontre. Pendant que les Sélékas se réunissaient à Bria, Le RJDH publiait que certains ex anti balakas sont reconvertis en artisan de développement.

Ainsi une centaine d’anciens combattants anti balaka de Bangui, Bimbo et Bégoua ont reçu leurs parchemins ce 19 octobre après neuf mois de formation à l’Ecole des Métiers d’Art à Bangui, précise le journal.

Pendant la crise militaro politique en Centrafrique écrit Le RJDH, les mouvements armés ont enrôlés des jeunes désœuvrés pour combattre dans leurs rangs. Pour éviter que ceux-ci ne se livrent plus à la violence, le gouvernement et ses partenaires ont initié des formations au profit des éléments de ces groupes.

C’est ainsi que des ex combattants ont été initiés en vannerie et ameublement, reliure-dorure, dessin-peinture, bijouterie-sertissage, maroquinerie, sculpture sur bois, ferronnerie d’art, à l’Ecole des Métiers d’Art.

Ces ex-anti balakas ont reçu leurs diplômes et bénéficié de kits d’insertion offerts par l’UNESCO sur financement de l’équipe de football d’Italie Juventus de Turin.

Le journal souligne que cet appui entre dans le cadre du projet de sécurisation et réinsertion socioprofessionnelle des enfants victimes de la crise.

 



Commentaire


Retour en haut