Archive

Centrafrique : des bâtiments administratifs et des ONG pillés

Plusieurs bâtiments administratifs et les locaux de certaines ONG ont fait líobjet de pillage lors des violences qui ont suivi, mercredi dernier líattaque du site des déplacés de Kaga Bandoro

 

Plusieurs bâtiments administratifs et les locaux de certaines ONG ont fait líobjet de pillage lors des violences qui ont suivi, mercredi dernier líattaque du site des déplacés de Kaga Bandoro. Líinformation a été confirmée par des sources bien informées qui accusent les ex-Séléka.

Le responsable díune ONG joint depuis Kaga Bandoro parle de plusieurs organisations non gouvernementales prises pour cible. Lucien Judicaël Montinda, Coordonnateur National du Projet Lôndo, confirme le pillage de son ONG en ces termes « des hommes armés ont tenté de prendre notre véhicule dans la journée mais ils ont été dissuadés par la Minusca. Ils sont revenus dans la nuit pour piller notre base emportant tous les matériels heureusement que le personnel síest refugié à la mission Onusienne ».

Des ONG telles que Solidarités, IRC et Intersos auraient aussi été pillées, selon un communiqué de la Caritas dont le RJDH a eu copie. Ces informations níont pas encore été confirmées par les responsables des ONG citées.

De nombreux bâtiments administratifs ont aussi été pillés lors des violences, selon des informations qui sont parvenues à la rédaction du RJDH. Une autorité locale jointe dans la journée parle de pillage systématique des résidences et autres édifices publics « les agents de líEtat aussi ont trouvé refuge à la Minusca puis que les résidences et autres édifices de líEtat sont systématiquement attaqués » a expliqué cette source qui nía pas donné des précisions sur les bâtiments touchés.

Díaprès la Caritas de Bandoro, la maison de líévêque et plusieurs autres bâtiments de la mission catholique sont touchés par cette vague de pillage.

Líattaque du site et les violences contre les symboles de líEtat et des humanitaires, risque de complique la situation de la ville de Kaga Bandoro que de nombreux humanitaires ont du quitter après les violences du mois dernier.

 



Commentaire


Retour en haut