Archive

Centrafrique : Ocha fait le point sur les mouvements de populations dans líarrière-pays

Le déplacement des populations et les multiples cas de cambriolage freinent les activités des humanitaires

 

Le déplacement des populations et les multiples cas de cambriolage freinent les activités des humanitaires. Un constat fait par la Coordination des Affaires Humanitaires dans son rapport du 10 octobre 2016.

Au moment où les humanitaires saluent la reprises de classe, líinsécurité et líinondation font déplacer plusieurs familles à Bangui et à líintérieur du pays.

Ce mouvement de populations est constaté depuis le début du mois de septembre. Une augmentation de plus de 2.528 personnes déplacées sur les sites de la Préfecture de líOuham a été observée dont, 2 479 à Batangafo. Au total, le nombre de personnes déplacées dans líOuham síélève aujourdíhui à 30.501 personnes contre 27.923 au mois díaoût, selon la coordination humanitaire.

Dans son rapport, OCHA relève que deux facteurs sont à líorigine de ces mouvements « díabord, la clôture du calendrier agricole provoquerait le retour sur les sites des personnes qui, depuis avril, avaient regagné leurs champs pour les cultiver, ensuite, la détérioration depuis plusieurs semaines du contexte sécuritaire dans la zone Centre où de multiples cambriolages et violences sont perpétrées sur les civils par des groupes et bandes armés ».

OCHA déplore dans son rapport aussi la dégradation des routes et líinsécurité qui limitent líaccès à environ 700 personnes déplacées qui sont arrivées sur deux sites à Yalinga, dans la préfecture de la Haute-Kotto. Par contre à Koui, dans líOuham Pende, pour des raisons de sécurité, cette zone reste inaccessible aux acteurs humanitaires rendant impossible líévaluation des besoins de la population sur place. 3.320 ménages venus de Koui ont été recensés à Bocaranga toujours selon OCHA.

Les agressions du personnel humanitaire persistent à Kaga-Bandoro et à Ndélé où des actes de cambriolage ont été rapportés par la coordination humanitaire dans son rapport. A Kaga-Bandoro, même si les violences de ces dernières semaines ont cessé, la ville est frappée par une catastrophe naturelle. Selon OCHA, quatorze (14) quartiers de Kaga-Bandoro ont été inondés suite aux pluies du 02 au 07 octobre. Au moins 3.000 personnes sont affectées.

A Bangui, les violences de la semaine dernière dans le 3e arrondissement ont provoqué à nouveau le mouvement de population vers les sites de déplacés de Bimbo, de MíPoko, de Fatima et dans des familles díaccueil. Le rapport díOcha nía pas, cependant mentionné líeffectif de ces déplacés.

Malgré le mouvement de ces dernières semaines, OCHA note la régression du nombre de déplacés en RCA. Les données du HCR indiquent quíau plus fort de la crise, début 2014, líon comptait 886.000 personnes déplacées contre 384.884 aujourdíhui.

 



Commentaire


Retour en haut