Archive

Centrafrique: Bientôt les obsèques du président Patassé

A la suite de Patassé, l’opposition centrafricaine porte le deuil d’un autre membre du Front pour l’annulation et la reprise des élections (FARE)

 

Contrairement à la nouvelle date du 28 avril annoncée par les autorités centrafricaines après une première projection le 15 mai, les obsèques de l’ex-président Ange- Félix Patassé, décédé le 5 avril à Douala au Cameroun des suites de diabète, ne pourront pas avoir lieu avant trois semaines à un mois, selon son porte-parole Guy Kodégué. Il faut compter trois semaines à un mois pour que les obsèques du président Patassé puissent être organisées. Le retour de la dépouille mortelle ne peut être envisagé qu’après la construction du mausolée dont le nettoyage du terrain a commencé il y a deux ou trois jours, dans la ferme du président, à 26 km de Bangui, a affirmé M. Kodégué joint à Bangui. Comme depuis le début, il est opposé aux obsèques officielles programmées par le pouvoir centrafricain, accusant le président François Bozizé, qui avait renversé Ange-Félix Patassé par un coup d’Etat militaire en mars 2003, d’avoir empêché pendant trois semaines le président d’aller se soigner.

 


© journaldebangui.com
Le défunt président Ange-Félix Patassé
En partance pour Malabo à Guinée équatoriale pour une évacuation sanitaire, l’ancien dirigeant est mort trois jours après son arrivée dans un hôpital de Douala, la métropole économique du Cameroun, où il avait été transporté lors de son transit. La présence de Bozizé aux obsèques du président pose problème, a dit M. Kodégué. En collaboration avec Sylvain Patassé, un de fils du défunt chef d’Etat, les autorités de la République centrafricaine (RCA) ont mis en place un comité d’organisation pour les obsèques, que le porte-parole de Patassé considère comme une agitation qui ne concerne pas la famille politique et le reste de la famille biologique de celui-ci. Guy Kodégué a fait état de la proposition d’une commission mixte composée des membres de ces deux familles et éventuellement du gouvernement après entente, puis de la présence à Douala depuis mardi d’une délégation des frères et d’autres proches de Patassé et de l’arrivée ce mercredi soir d’une autre délégation composée quant à elle d’enfants du défunt président résidant à Paris en France.

Ces délégations viennent se joindre dans cette ville camerounaise à Valentina Patassé, fille aînée de l’ex-chef de l’Etat, qui réside à Montréal au Canada et se trouvait aux côtés de son père au moment de son décès. A la suite de Patassé, l’opposition centrafricaine porte le deuil d’un autre membre du Front pour l’annulation et la reprise des élections (FARE) présidentielle et législatives du 23 janvier, à travers le décès dimanche dans des «circonstances troubles» de Ferdinand Dago, président de l’association Londo et chargé de liaison du FARE, a par ailleurs souligné M. Kodégué. Premier président démocratiquement élu du pays, Ange-Félix Patassé a dirigé la RCA de 1999 jusqu’au coup d’Etat de son ancien chef d’état-major des armées François Bozizé. De retour de 5 ans d’exil à Lomé au Togo en 2008, il s’est présenté en candidat indépendant à la présidentielle du 23 janvier, remportée par plus 66% des voix par Bozizé, d’après les résultats officiels rejetés par l’opposition.

 



Commentaire


Retour en haut