Archive

Congo: les «actes terroristes» des miliciens Ninjas ont fait 23 morts

Vingt-trois (23) personnes ont été tuées dans « les actes terroristes » perpétrés par les miliciens Ninjas Nsiloulous du Pasteur Ntoumi dans le Pool du 23 au 30 septembre 2016

 

Vingt-trois (23) personnes ont été tuées dans « les actes terroristes » perpétrés par les miliciens Ninjas Nsiloulous du Pasteur Ntoumi dans le Pool du 23 au 30 septembre 2016, a indiqué mercredi dans une déclaration, M. Pierre Mabiala, le ministre congolais de la Justice, des Droits humains et de la promotion des peuples autochtones.

« Ces 23 morts sont constitués de 6 militaires, 4 gendarmes, 2 policiers et 11 civils », a dit M. Mabiala ajoutant que ce bilan comprend également « plusieurs blessés graves qui sont dans les hôpitaux de Brazzaville ».

Le ministre congolais de la Justice a aussi fait ressortir le bilan matériel qui se résume à plusieurs véhicules brûlés dont deux camions-citernes de transport de carburant et díun train de transportant du carburant. Ces violences ont interrompu les trafics ferroviaire et routier dans le département du Pool, indique-t-on.

« Aujourdíhui, les populations du Pool sont systématiquement terrorisées, chassées de leurs propres villages et dépouillées de tous leurs biens (Ö.) », a déploré Pierre Mabiala qui a qualifié les actes des miliciens de Ntoumi de « terroristes ».

« La justice congolaise assimile ces actes terroristes à ceux perpétrés par la secte Boko Haram au Nigéria, au Cameroun, au Tchad et au Niger tant le modus opérandi est identique », a-t-il encore dit.

 


© Droits réservés
« La justice congolaise étant saisie de ces faits criminels, une information pénale est ouverte contre Frédéric Bitsamou aliasíí Ntoumiíí, ses co-auteurs et ses complices afin que justice soit faite », a martelé le ministre se référant à líarticle 8 de la constitution congolaise qui stipule que « la personne humaine est sacrée et líEtat a líobligation de la respecter et de la protéger. »

Pour M. Mabiala, « ces exactions des Ninjas sur les populations du Pool sont une violation très grave et récurrente des principes du droit international humanitaire imputable à Bitsamou Frédéric alias Ntoumi".

Il a également critiqué "líindifférence des ONG des droits de líhomme face à cette situation du Pool alors quíelles « taxent le Congo de violer les droits de líhomme. »

La situation sécuritaire s'est dégradée au Congo suite à líattaque des quartiers sud de Brazzaville, le 4 avril 2016, par les miliciens NSiloulou à la solde du Pasteur Ntoumi, au cours de laquelle plusieurs personnes dont des policiers avaient trouvé la mort.


Commentaire


Retour en haut