Archive

Minusca : des soldats gabonais accusés díabus sexuels en Centrafrique

De nouvelles allégations díabus sexuels visent des soldats gabonais de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations-unies pour la stabilisation en Centrafrique (Minusca)

 

De nouvelles allégations díabus sexuels visent des soldats gabonais de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations-unies pour la stabilisation en Centrafrique (Minusca). Dans un récemment communiqué, le ministère de la Défense nationale a dit avoir été saisi de nouveaux cas díallégations díabus sexuels impliquant des soldats gabonais de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations-unies pour la stabilisation en Centrafrique (Minusca). Le 26 septembre dernier, Mathias Otounga Ossibadjouo a révélé quíil síagit du caporal-chef Céleste Ndolo et le caporal Jules Djeffry Mounzeo Mounzeo. Cités parmi les quatre soldats impliqués dans cette nouvelle affaire, les deux casques bleus «se seraient rendus coupables díexploitation et abus sexuels». En service pour la sécurisation de la ville de Bangui au poste dit «Marthyr», ils auraient invité dans leur périmètre de sécurité une jeune centrafricaine dans la nuit du 10 septembre 2016, et auraient eu des relations sexuelles consenties avec elle.

 


© Droits réservés
Si le gouvernement gabonais a condamné «avec la plus grande fermeté ces actes díabus sur des populations déjà fragilisées», il a indiqué quíune enquête a été ouverte pour faire toute la lumière sur ces affaires qui, a-t-il dit, «entachent fortement líimage de líarmée gabonaise». En attendant, les mis en cause ont été rapatriés «pour motif disciplinaire».

Ces nouvelles accusations contre les soldats gabonais ne manquent pas de rappeler celles rendues public en avril dernier par le rapport de líOrganisation des Nations-unies (ONU) accusant alors díabus sexuels «un nombre indéterminé» de membres du contingent militaire gabonais basé à Dekoa, dans la période 2013-2015. A líépoque, le gouvernement gabonais síétait insurgé contre des «allégations au demeurant infondées» visant à ternir la réputation de líarmée gabonaise.


Commentaire


Retour en haut