Archive

Centrafrique: Fin de formation des techniciens de Police

Ils étaient 18 participants, Officiers et agents de Police Judiciaire (OPJ et APJ) à y prendre part

 

La 3ème série de formation complémentaire des techniciens de dactyloscopie a pris fin le 06 Avril à la Base 2 du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD) à Bangui. Organisée par le Programme de Renforcement de l’Etat de Droit (PRED)-PNUD en partenariat avec le Ministère Français de l’Intérieur, elle avait pour but de renforcer les capacités technique des personnels de la police scientifique centrafricaine pour une meilleure gestion des fichiers dactyloscopiques afin de rapporter des preuves irréfutables dans le cadre d’une enquête. Les 18 participants, Officiers et agents de Police Judiciaire (OPJ et APJ), ont pendant trois semaines reçu des enseignements sur la reconnaissance des classes de formes de dessins papillaires digitaux, le renseignement d’une fiche mono et décadactylaires, le relevé des empreintes papillaires digitales, la formulation décadactylaire, la recherche dans les fichiers décadactylaires, le sous classement des verticilles, la preuve dactyloscopique… Je voudrais d’abord féliciter les stagiaires d’une part pour le sérieux dont ils ont fait montre et pour leur participation active aux exercices et pour leur esprit de curiosité de mieux comprendre a confié M. Patrick Barthe l’expert chargé de la formation.

 


© Le jour
Selon l’orateur, il est toujours intéressant d’avoir des interlocuteurs actifs afin d’éviter le monologue. Parce que la dactyloscopie est une science qui peut toujours donner lieu à une interprétation et une discussion. «.. . la formation a donné lieu à des discussions et je suis très satisfait » a-t-il ajouté. Pour M. Hervé Perriel, la recherche de la preuve est déterminante et c’est la Police Scientifique qui permet de retrouver les preuves. Quand vous recueillez des preuves c’est pour identifier un malfaiteur ou un coupable a-t-il expliqué. Pour lui, quand l’identification judiciaire prélève les empreintes digitales de quelqu’un c’est pour trouver un coupable. Et ce faisant, une erreur pourrait un jour écarter le policier ou l’un de ses parents en comparant les empreintes lors des enquêtes pour le tirer d’affaire.
Les participants ont, après avoir remercié l’intervenant les autorités et le partenaire PRED, profité de l’occasion pour adresser une recommandation à l’endroit du PRED pour leur dotation en matériel nécessaire à l’exercice de leur mission. Pour le représentant du Ministère de la sécurité et de l’immigration, le directeur de l’école nationale de la police centrafricaine, le Commissaire Célestin Loutoumo, le rôle de la police scientifique est incontournable dans le cadre de l’enquête criminelle parce que ajoute-t-il, son rôle est de mettre toutes les techniques modernes et scientifiques pouvant servir à la recherche des malfaiteurs ou à l’administration des preuves. Chers stagiaires, j’ose espérer qu’à l’issue de ces 3 semaines de formation complémentaire, vous êtes nantis de savoir et de surtout de savoir-faire pour mener à bien votre mission dans la recherche des preuves a –t-il déclaré lors de la cérémonie de clôture.

 



Commentaire


Retour en haut