Archive

Déjà six centrafricains tués en Côte d’Ivoire

Quatre d’entre elles ont été atteintes par des balles perdues alors qu’elles courraient trouver refuge à l’Ambassade de Centrafrique à Abidjan

 

La crise ivoirienne fait déjà des victimes au sein de la communauté centrafricaine présente en Côte d’Ivoire. Six personnes sont déjà mortes depuis le déroulement de ces évènements malheureux. Quatre d’entre elles ont été atteintes par des balles perdues alors qu’elles courraient trouver refuge à l’Ambassade de la République Centrafricaine à Abidjan. Les deux autres ont été retrouvées calcinés dans la rue. On ignore pour le moment dans quelles circonstances exactes elles ont été tuées. L’information relayée par la Radio Ndeke précise qu’une cinquantaine de Centrafricains ont réussi à se réfugier à l’Ambassade centrafricaine à Abidjan. L’un d’entre eux, Fériole FEÏDANGARE, joint au téléphone a indiqué que leurs conditions de vie à l’intérieur des locaux sont très critiques. «Nous sommes privés de nourriture, d’eau et de lumière à l’Ambassade où nous sommes refugiés, avec enfants et femmes, sans secours et la situation reste tendue», a-t-il expliqué. Il a précisé qu’il n’y a avec eux aucun membre du personnel de l’Ambassade et «c’est la Croix rouge locale qui a transporté les cadavres à la morgue de l’hôpital de la capitale ivoirienne».

 


© leconfident.net
Poursuivant ses explications, Fériole FEÏDANGARE a lancé un appel aux autorités centrafricaines à Bangui: «Nous attendons à bras ouverts l’aide du gouvernement centrafricain pour nous tirer de cette situation précaire. Nous souhaitons dans l’immédiat d’abord notre évacuation dans un pays voisin de la Côte d’Ivoire». La communauté centrafricaine en Côte d’Ivoire est forte de quelques milliers de ressortissants. Par elle, on trouve des étudiants, des hommes et des femmes d’affaires, et des travailleurs employés dans diverses structures privées du tissu économique ivoirien. Pour le moment l’appel de détresse lancé sur les ondes de Radio Ndeke Luka et dans les autres médias n’a pas enregistré de réaction de la part des autorités à Bangui.

 



Commentaire


Retour en haut