Archive

Centrafrique : 500 volontaires de la Croix Rouge déployés à Bangui

La Croix Rouge Centrafricaine en partenariat avec le ministère de la santé a déployé depuis le 13 août dernier, 500 volontaires pour sensibiliser la population de Bangui

 

La Croix Rouge Centrafricaine en partenariat avec le ministère de la santé a déployé depuis le 13 août dernier, 500 volontaires pour sensibiliser la population de Bangui et ses environs sur líépidémie de choléra. Cette opération síinscrit dans le cadre de la lutte contre líépidémie de choléra déclarée en Centrafrique.

Ces volontaires sillonnent les huit arrondissements de Bangui, les villes de Bimbo et Begoua pour sensibiliser la population sur líépidémie. Le constat du RJDH indique que ces derniers ont fait du porte à porte. Des prospectus, des dépliants écrits en français et en langue Sango, ont été distribués dans chaque ménage.

Cette campagne, selon Marie Line Songuet, assistante au département de la santé communautaire à la Croix Rouge Centrafricaine, vise à attirer líattention de la population sur les risques de choléra « ces volontaires ont été déployés sur le terrain pour informer la population sur les risques de contamination. Nous avons souhaité informer la population sur la gestion des corps surtout des gens atteints par cette épidémie » précise-t-elle.

 


© Droits réservés
Marie Line Songuet a indiqué quíun numéro vert « 4040 » est disponible pour permettre à la population de signaler les cas suspects afin de leur prise en charge rapide « quand un cas suspect est identifié au sein díune famille, celle-ci est suivie pendant dix jours. Si ce délai est épuisé, les volontaires se retirent et présentent le rapport au ministère de la santé publique », a indiqué líassistante au département communautaire de la Croix Rouge Centrafricaine qui a précisé que cette sensibilisation va continuer jusquíà la fin de líépidémie.

Le bilan provisoire de líépidémie publié par le ministère de la santé fait état de 89 cas suspects dont 15 décès. Cíest dans la sous-préfecture de Ndjoukou que les soupçons ont commencé.


Commentaire


Retour en haut