Archive

Trois millions de dollars pour les projets a impact rapide en RCA

Líannonce a été faite ce mercredi par le fonctionnaire principal chargé des Affaires civiles de la MINUSCA, Guy Saïzonou,

 

La MINUSCA va allouer trois millions de dollars (1.731.000.000 francs CFA) au cours de la période 2016-2017 pour la réalisation de 100 projets à impact rapide (QIPs) en faveur de la protection des civils, du renforcement de la sécurité et de líextension de líautorité de líEtat en Centrafrique. Líannonce a été faite ce mercredi par le fonctionnaire principal chargé des Affaires civiles de la MINUSCA, Guy Saïzonou, lors de la conférence de presse hebdomadaire de la Mission.

Les projets à impact rapide sont mis en úuvre par la MINUSCA conformément au volet multidimensionnel de son mandat et constituent une solution díurgence aux besoins essentiels des populations dans le contexte post-conflit du pays. Selon Saïzonou, au cours de cycle 2016-2017 qui vient de débuter, les projets à impact rapide auront pour objectif principal díaccompagner le gouvernement dans ses chantiers prioritaires.

A titre díexemple, ce jeudi 4 août à líoccasion díune visite officielle à Kaga Bandoro, le Président de la République, Faustin Archange Touadéra, des membres du gouvernement, des parlementaires et le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies, Parfait Onanga-Anyanga, inaugureront un projet de renforcement des capacités des femmes victimes des conflits. Grâce à ce projet, 200 et 20 jeunes filles victimes des conflits suivront une série de formations en couture afin de retrouver les revenus dont la crise les a privées.

Depuis le lancement du programme, les projets à impact rapide ont permis díemployer 15.000 personnes, de former un corps díouvriers centrafricains qualifiés et de renforcer líentreprenariat au sein des organismes sélectionnés.

Le fonctionnaire de la MINUSCA a ajouté que dans des villes comme Bouar, Bambari et Paoua, la rénovation du palais de justice et des maisons díarrêt a relancé la chaîne pénale tout en participant à la lutte contre líimpunité. Quant aux infrastructures routières réhabilitées, il a rappelé quíelles restent cruciales pour faciliter la mobilité et la rapidité de réaction des forces de sécurité ainsi que pour le rapprochement des communautés et la reprise des activités commerciales. Cela a été le cas à Bimbo, où des femmes de différentes communautés ont appris à faire du savon, à Boy-Rabe, pour le projet de gestion des déchets solides et liquides et production de biogaz ou dans le 5earrondissement de Bangui, avec la gestion de bornes fontaines.

De 2014 à 2015, 77% des projets à impact rapide concernaient la restauration de líautorité de líEtat, 16% pour cohésion sociale et 7% pour la protection des civils. En 2016Ė2017, conformément aux nouvelles priorités de la Centrafrique, líaccent sera mis sur la cohésion sociale.

 



Commentaire


Retour en haut