Archive

Centrafrique: les propriétaires terriens de la base de la Minusca fâches

Les cultivateurs dont les parcelles ont été utilisées pour la construction de la base de la Minusca à Bouar continuent de se plaindre

 

Les cultivateurs dont les parcelles ont été utilisées pour la construction de la base de la Minusca à Bouar continuent de se plaindre. Ces derniers réclament toujours la compensation qui leur était promise.

Líattente est de plus en plus longue pour ces cent cinquante-deux cultivateurs de Bouar. Olivier Kombo, délégué de ces derniers, regrette que la Minusca et le gouvernement ne puissent pas tenir parole « ils avaient pris nos noms et enregistré la qualité des cultures vivrières quíon avait dans nos champs. On nous avait promis de líargent pour nous aider à nous procurer une autre parcelle. Mais ces mesures níarrivent pas depuis trois années aujourdíhui. Nous souffrons à cause de cela » explique t-il.

Les propriétaires de ces terrains ont, organisé quatre sit-in devant le siège de la Minusca à Bouar pour réclamer cet argent mais depuis aucun geste níest fait. Pour le moment, les plaignants ne savent pas qui du gouvernement et de la Minusca doit leur verser cet agent « quand on va à la Minusca, on nous dit que cíest le gouvernement qui va verser le sous. Mais du coté des autorités, on renvoie la balle à la Minusca, on ne sait plus qui doit donner líargent » confie Oliver Kombo.

Le porte-parole de la Minusca, Vladémir Monteiro Contacté sur la question, fait savoir quíil níest pas possible pour la Minusca de discuter avec des particuliers « nous discutons avec le gouvernement sur ces genres de question, on ne le fait pas avec des tiers » précise t-il avant de noter que la mission onusienne síest installée avec líautorisation de líEtat centrafricain, sans donner plus de précision.

Le porte-parole du gouvernement nía pas été joignable pour se prononcer sur ce dossier. Selon des informations RJDH, la Minusca avait promis de verser 70.000 Fcfa à chaque propriétaire. Quelques cultivateurs auraient reçu cet argent.

 



Commentaire


Retour en haut