Archive

LíOuganda annonce le retrait de ses forces de Somalie et de Centrafrique

L'Ouganda a annoncé qu'il mettrait fin à ses opérations militaires en Somalie et en République centrafricaine. La nouvelle a engendré des inquiétudes parmi les législateurs somaliens

 

L'Ouganda a annoncé qu'il mettrait fin à ses opérations militaires en Somalie et en République centrafricaine. La nouvelle a engendré des inquiétudes parmi les législateurs somaliens pour qui l'armée du pays n'est pas prête à prendre en charge la sécurité nationale.

Est-ce la fin d'une mission longue d'une décennie ? C'est la question que posent de nombreux somaliens après que Kampala a annoncé mettre un terme à sa mission militaire en Somalie d'ici décembre 2017.

Avec 6 200 soldats au sol, l'Ouganda a été le 1er pays à envoyer des troupes vers la Somalie pour soutenir le gouvernement fédéral de transition du président Sheikh Sharif.

Les militants ont été délogés de la capitale Mogadiscio et des régions avoisinantes. Actuellement, les autorités disent que le processus de reconstruction de l'armée somalienne est en cours mais pour les législateurs, ce retrait saperait les gains militaires remportés dans le pays.

 


© Droits réservés

MOHAMED OMAR DALHA, Membre du Comité des relations étrangères
"L'annonce par l'Ouganda de retirer ses forces de Somalie est venue comme une surprise pour nous. L'Ouganda est le seul pays qui a reçu une approbabtion parlementaire pour venir en Somalie en tant qu'AMISOM en 2006. A l'époque, le pays n'avait pas de forces de sécurité. Aujoud'hui, beaucoup de choses ont changé mais le pays a encore besoin de soldats de maintien de la paix de l'Union africaine."

Le groupe militant Al-Chabab a attaqué les forces ougandaises en Somalie à plusieurs reprises. En 2015, il a envahi ce poste militaire à Janale en faisant de nombreux morts chez les soldats.

Il a également revendiqué la responsabilité des attentats de 2010 à Kampala qui ont fait 76 morts pour punir l'implication de l'Ouganda en Somalie.

Mais presque une décennie plus tard, Al-Chabab reste une menace forte et meurtrière pour le gouvernement somalien soutenu par l'ONU avec de récentes attaques comme celle dans le centre-ville de Mogadiscio qui a fait 16 morts dont 2 législateurs.

MOHAMED OMAR DALHA, Membre du Comité des relations étrangères
"Il y a beaucoup de défis devant nous. L'intégration de l'armée est encore en cours. L'influence des clans est encore une préoccupation majeure dans les rangs de l'armée. Les problèmes actuels forçant l'Ouganda à se retirer doivent être abordés prochainement. Un retrait soudain aurait pour résultat de grandes pertes, et le gouvernement somalien n'est pas prêt pour cela maintenant."

Ce n'est pas la 1ère fois que l'Ouganda menace de retirer ses forces de Somalie. Une récente baisse de financement de 20% de l'UE a soulevé de sérieuses inquiétudes avec les pays contributeurs de troupes qui souhaitent que l'AMISOM soit réexaminé et son statut modifié en passant d'une force de l'Union africaine en une mission à part entière des Nations unies.



Commentaire


Retour en haut