Archive

RCA: la Cour des comptes statue sur la gestion financière de la CEI

La gestion financière de la Commission Electorale Indépendante a été, ce matin le sujet de líaudience de la 3ème chambre de la Cour des Comptes

 

Líaudience à huit clos, portait, selon nos sources sur la gestion des fonds mis à la disposition de la Commission Electorale indépendante pour líorganisation des élections de 2011. Selon un membre de la cour des comptes, líobjectif visé est de vérifier líutilisation de cet argent.

Convoqué, le président de la CEI, Joseph Binguimalet ne síest pas présenté. Mais Thomas Dzadanga, trésorier général et comptable principal, Léopold Dagbiatima, comptable de líinstitution, le Directeur Général du trésor public et le directeur de Cabinet au Ministère de líAdministration du Territoire au moment des faits ont répondu, pendant plusieurs heures aux questions des membres de la 3ème chambre de la cour des comptes.

Jules Léon Bodenaï, 1er avocat général à la Cour des Comptes pense que le délai de prescription níest pas dépassé "le dossier est ouvert en 2012 et le délai de prescription est de quatre ans donc nous sommes encore dans le temps", explique-t-il.

 


© Droits réservés
Pour Pascal Thomandji, président de la 3e chambre, cette audience sonne comme une avancée dans la démocratie centrafricaine "à travers la démarche que nous amorçons aujourdíhui, nous marquons un pas vers le sacro-saint principe de rendre compte qui fait défaut dans ce pays", précise-t-il avant díaffirmer la détermination de la cour díaller au bout de ce dossier "le peuple centrafricain veut savoir comment líargent mis dans líorganisation des élections de 2011, a été utilisé. Nous allons faire en sorte que le peuple soit situé sur cette affaire".

Selon des sources proches de la cour des comptes, la gestion díautres institutions défuntes est aussi programmée "il níy a pas que la CEI qui est concernée. Nous avons beaucoup de dossiers, je pense au comité transitoire des élections qui a vu le jour après la dissolution de la CEI à líépoque, je pense au Haut Conseil de la Communication de líépoque et la chambre de commerce, de líindustrie, des mines et de líartisanat" a confié sous líanonymat une source proche de cette cour.

Les quatre personnalités convoquées níont pas souhaité se prononcer sur le dossier à leur sortie de la salle díaudience. Si la gestion financière de la CEI níest pas orthodoxe, les responsables de líinstitution seront jugés par un tribunal pénal. Le délibéré de la cour des comptes est attendu díici un mois.


Commentaire


Retour en haut