Archive

Obo: une manifestation hostile aux forces ougandaises fait monter la tension

La population de Obo organise depuis le 13 juin des manifestations hostiles aux forces ougandaises basées dans la ville pour la lutte contre la LRA

 

Les habitants de Obo reprochent aux soldats ougandais leur manque de réaction face à líattaque, dimanche dernier du village Kadjema par les éléments de la LRA. Selon une autorité locale, la population a barricadé les principaux axes pour exprimer son mécontentement "après líinformation que nous avons eue, faisant état díune attaque de la LRA à quelques kilomètres de la ville et face au refus de líarmée ougandaise de se rendre sur les lieux, la population est sortie spontanément dans les rues pour dire non. Les axes ont été barricadés et des pneus brulés", a-t-elle expliqué.

Le préfet du Haut-Mbomou, Ghislain Dieu béni Kolengo contacté par le RJDH a indiqué que la levée des barricades a fait un blessé "les forces ougandaises ont tiré pour lever les barricades. Dans la foulée, le chauffeur du HCR a reçu des éclats de balles. Il est pour le moment à líhôpital", t-il expliqué.

 


© Droits réservés
Selon des informations du RJDH confirmées par le préfet du Haut-Mbomou, les forces ougandaises ont déchiré le drapeau centrafricain et brutalisé les sous-préfets de Obo et de Mboki "je peux confirmer ces informations parce quíil mía été rapporté quíun soldat ougandais a déchiré notre drapeau lors de líintervention. Les sous-préfets de Obo et de Mboki à qui jíai demandé díaller calmer la tension, ont été aussi brutalisés", confie Ghislain Kolengo qui dénonce ces faits en ces termes "ce sont des actes ignobles que je dénonce avec énergie. Jíai clairement dit au colonel commandant líarmée ougandaise que ce comportement va conduire à un incident diplomatique".

Deux réunions ont été organisées dans la journée par le préfet pour essayer de calmer la tension. De sources indépendantes, la population maintient son exigence relative au retrait des forces ougandaises. Malgré ces tentatives, les activités sont paralysées dans la ville. De sources locales, les forces ougandaises ne patrouillent plus dans la ville "ce sont les Faca qui circulent dans la ville mais les soldats ougandais sont restés dans leur camp" a expliqué un habitant joint au début de líaprès-midi.

Le commandant de líarmée ougandaise basée à Obo nía pas été joignable dans la journée pour se prononcer sur cette affaire. Le bilan de líattaque du village Kadjema (45 km de Obo) par la LRA le dimanche dernier, déclic de ce mouvement, fait état díune quinzaine de personnes enlevées et de plusieurs biens emportés.



Commentaire


Retour en haut