Archive

RCA: le chômage des jeunes, une bombe à retardement

Avec plus 87% de jeunes en chômage contre 13% au Cameroun et 30% au Gabon, la République centrafricaine occupe le premier rang en Afrique centrale

 

Ce fort taux de chômage, suite logique des conflits, représente un véritable danger pour la stabilité du pays. Le nouveau président centrafricain, Faustin-Archange Touadéra, a semblé percevoir cette menace lorsquíil qualifie le chômage de « véritable fléau social ».

Le chômage expose les jeunes à toute sorte de manipulation, díintoxication et de radicalisation. Cíest là où ce fléau, comme dirait Touadéra, constitue une bombe à retardement pour la République centrafricaine qui bat le record en la matière dans la sous-région.

Le chômage des jeunes est certes un fléau en Centrafrique mais il constitue une porte ouverte pour le banditisme, la manipulation par conséquent, il est une véritable bombe à retardement pour un pays comme la République centrafricaine.

 


© Droits réservés
Líobservation objective du tableau des crises en Centrafrique montre que les jeunes enrôlés dans les forces nuisibles sont pour líessentiel ceux qui níont pas díemplois. Cette réalité historique prouve que le chômage des jeunes est un danger pour la sécurité de toute la nation.

Cíest pourquoi il faut considérer le chômage des jeunes comme un défi de líheure. Combattre les causes profondes de líinstabilité en Centrafrique revient aujourdíhui à síattaquer au chômage des jeunes dont la proportion est de plus en plus inquiétante. Il síagit díun combat national parce quíil représente un danger national.


Commentaire


Retour en haut