Archive

L'Élysée fait la rétrospective de la présidence Hollande sans ses aspects négatifs

Dans le sillage des initiatives socialistes pour défendre le bilan d'un président au plus bas dans les sondages, l'Élysée publie ce dimanche un bilan en images du quinquennat résolument positif

 

Il y a tout juste quatre ans, François Hollande accédait au pouvoir. L'occasion pour les services de communication de la présidence de dresser un petit bilan d'étape, à un an de la fin de son mandat. Une rétrospective chronologique de 5 minutes, furieusement optimiste dans la lignée du nouveau slogan de l'exécutif "La France va mieux", et qui ne manque de faire disparaître les aspects négatifs du mandat.

C'est d'abord sa présence sur la scène internationale que François Hollande veut visiblement mettre en avant. De nombreuses séquences sont consacrées à ses déplacements officiels. Sur les terrains de guerre d'abord avec le Mali, la Centrafrique, l'Irak, ou encore la visite à Washington, où le chef de l'État évoque la situation syrienne avec Barack Obama. La question écologique est largement mise à l'honneur avec François Hollande à l'ONU dans le cadre de la Cop21 ou en en déplacement en Islande avec Nicolas Hulot. La gestion de la crise grecque est enfin abordée: on entend François Hollande se féliciter d'avoir fait en sorte "que l'Europe sorte victorieuse".

La communication élyséenne a également voulu insister sur les "marqueurs de gauche" du quinquennat. Le mariage pour tous bien sûr, mais aussi les emplois d'avenir et le service civique sont mis en avant. Aucune référence en revanche à la Manif pour tous, ou au reste des réformes économiques et sociales du gouvernement, régulièrement taxées de «mesures de droite» ou de «cadeaux au patronat» par la gauche critique. Pacte de stabilité, CICE, loi Macron, loi El Khomri ne sont pas vraiment évoquésÖ La vidéo préfère mettre en avant des gestes symboliques pour la gauche comme les hommages à Nelson Mandela, Jean Jaurès et Léon Blum.

 


© Droits réservés
Imprimer l'image d'un président rassembleur

Enfin, François Hollande a souhaité se voir dépeint comme une force d'unification, au travers notamment de son rapport à l'histoire et de sa gestion des attentats. Le président apparaît dans au moins deux accolades profondes, l'une avec Patrick Pelloux, l'un des survivants de Charlie Hebdo, l'autre, dans un autre registre, avec Joackim Gauck, son homologue Allemand, pour le centenaire de 1914. Des hommages historiques nombreux dans la vidéo, pour construire une image de président de la mémoire, avec la commémoration du massacre d'Oradour-sur-Glane, les cérémonies des 70 ans du débarquement du 6 juin 1944, ou encore l'entrée au panthéon de Pierre Brossolette, Jean Say, Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz. Après le 13 novembre 2015, la vidéo montre François Hollande au congrès à Versailles. Rien par contre sur le fiasco de la réforme constitutionnelle et le débat sur la déchéance de nationalité.

Ce nouvel exercice de service «après-vente» du quinquennat vient s'ajouter aux nombreuses initiatives lancées ces derniers mois pour démarrer la campagne de réélection de François Hollande. Jean-Christophe Cambadélis a ainsi lancé la Belle Alliance Populaire (BAP), Stéphane Le Foll supervise les meetings «Hé oh la gauche» et Bruno Le Roux a récemment présenté une série de clips intitulés «Du progrès en plus». Tout ce dispositif n'a pas échappé à l'opposition, qui s'indigne déjà de voir les moyens de l'État mis au service du futur candidat. "Les moyens de L'Élysée pour la campagne de François Hollande nous exigeons la réintégration dans le compte de campagne", a lancé sur Twitter Valérie Debord, porte-parole des Républicains. De son côté, la cellule de riposte des Républicains n'a pas manqué de répliquer à ces images par leur propre bilan du quinquennat Hollande.

Un travail d'exégèse soigné, mais qui n'a pas évité un petit couac. Dans une version initiale postée en début d'après-midi, les services de l'Élysée avaient laissé passer une faute d'orthographe à Guyane, ortographiée avec deux «n». Retirée du web puis repostée en fin de journée, officiellement «pour des problèmes d'encodage» rapporte le Lab, la vidéo a été promptement corrigée suite aux remarques de nombreux internautes.


Commentaire


Retour en haut