Archive

Non-violence active: le CDH soutient la 2ème phase de formation des leaders religieux et communautaires

Cíest une initiative du Centre Catholique Universitaire avec le soutien du Centre du Dialogue Humanitaire. La cérémonie de fin de la formation a eu lieu le samedi 07 mai dernier

 

Pour Barwendé Médard Sane, responsable du Centre Catholique Universitaire, la formation de ces leaders religieux et communautaires sur la non-violence active et les valeurs culturelles est une nécessité car elle permet díavoir des relais qui pourront poser les bases de la paix dans la société. Il a rappelé le contenu de cette formation en ces termes "pendant ces deux semaines, les formés ont été entretenus sur les défis du vivre ensemble dans le contexte centrafricain, les principes de la non-violence active avec Martin Luther King, les valeurs socioculturelles de líAfrique Noire dont les droits de líHomme en Afrique, les valeurs éthiques du Christianisme, les valeurs éthiques de líIslam", a-t-il annoncé dans son discours.

Le père a appelé ces leaders à síimpliquer partout où ils sont dans la recherche de la paix "cíest vous qui devez bâtir la paix dont la RCA a besoin et cíest pourquoi vous avez reçu cette formation. Faites en bon usage", a-t-il lancé.

 


© Droits réservés
Peter Nsenkeng, Chef de Mission Adjoint du Centre de Dialogue Humanitaire a justifié le soutien de CDH à cette formation en ces termes "les raisons pour lesquelles nous avons soutenu cette session qui associe plus les femmes leaders sont aussi multiples que légitimes. En parlant díéducation aux valeurs de la non-violence, en nous penchant sur les prescrits des Ecritures Saintes et en revisitant notre riche culture, nous aboutissons à la conclusion commune que líéducation commence à la maison et se poursuit à líécole, à líéglise, au temple ou à la mosquée et dans les rues. Cíest donc la femme qui est la première éducatrice et le premier agent de développement ! Pour HD, la femme est le premier agent de transformation ou de développement díune nation", a-t-il précisé.

Il a indiqué que sans les valeurs cultuelles, les efforts en faveur de la paix seront vains "tous les efforts que nous allons déployer pour la paix resteront vains si nous ignorons les valeurs fondamentales de notre culture. La paix, la réconciliation, la réparation, la non-violence, ce sont des valeurs qui se vivent dans nos langues. A nos mamans de nous parler davantage dans nos langues pour que le message passe et soit bien compris. Et que nous vivions plus concrètement ces valeurs de non-violence", a-t-il indiqué avant de rassurer líassistance du soutien de CDH en ces termes "Portant la voix de mon organisation, le Centre pour le Dialogue Humanitaire, je souhaite renouveler notre profond engagement à accompagner la République Centrafricaine sur la voie de la paix, dans la vérité et la justice pour gagner le pari de la réparation des cúurs et de la réconciliation".

La cérémonie de clôture de cette deuxième phase de formation sur la non-violence a été couronnée par la remise des certificats aux trente cinq leaders religieux. La première phase de formation sur la non-violence soutenue par le CDH síest tenue en février 2016.


Commentaire


Retour en haut