DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Faustin Archange Touadera: unité et vigilance, déjà les procès en incompétences

Par Journaldebangui.com, source Mediapart.fr - 05/04/2016

A peine nommé par le Président Touadera le nouveau Premier Ministre est contesté. Déjà, une crise politique pointe son nez. La RCA n'en pas besoin, vu, l'état chaotique du pays...

 

En Centrafrique, les cerveaux semblent être sclérosés, par une pathologie congénitale. Qui sont les soupçons et les accusations sans preuves ni fondements. Les impatiences sont grandes. Ce Président massivement et démocratiquement élu. Investi, il y a à peine quatre jours, est déjà cerné par les impatients qui, grondent rugissent et vocifèrent. Il y a ceux qui, carrément somment le nouveau Président de nommer Premier Ministre un tel. Il y a ceux qui accablent le nouveau Premier Ministre qui vient juste d’être nommé de tous les mots: "Il serait réfractaire à l’intégration des jeunes diplômés. Hostiles au paiement des frais de vacations et regardait d’un très mauvais œil, le statut particulier des enseignants du supérieur". Quand il était Secrétaire General de l’Université de Bangui et Touadera le Recteur. Rapporte notre confrère Maurice Ouakpo de LA FRATERNITE. Attendons de voir, la composition du Gouvernement. Observons leurs premières décisions avant de supputer.

FRAGILITE ET VIGILANCE

Le pays est encore extraordinairement fragile. Les groupes armés sont toujours là. Armes aux pieds. La région de la Haute Koto est administrée, par des chefs de guerre Sélékistes. Le MBomou et le Haut Mbomou sont envahis par des terroristes Ougandais. La France en tête, et les puissances étrangères vont se livrer à des pressions sourdes mais terribles sur le nouveau Président. La position stratégique de la RCA et ses immenses matières premières ne laissent personne indifférent. Les déçus des élections, fomentent dans l’ombre. Le moindre faux pas de la nouvelle équipe sera interprété par eux, comme une incompétence politique. Ils commencent déjà à donner de la voix. A dénoncer et à stigmatiser le choix du Premier Ministre. Ils tenteront d’entrainer le peuple dans le rejet du pouvoir. Ine fine, provoquer des élections pour prendre le pouvoir. Dans l’Etat de précarité où est la République Centrafricaine, on ne peut pas se payer le luxe de palabres interminables. Une nouvelle ère, s’ouvre pour ce pays plongé dans les abysses. C’est peut- être l’ère de la dernière chance. Les Centrafricains veulent, par leur vote tourner la page des années sombres. Bâtir une nouvelle Centrafrique, débarrassée des scories, de mauvaises gouvernances successives.

C’est pourquoi, tout en restant extrêmement vigilants, les Centrafricains dans l’immédiat, doivent se rassemble, derrière Touadera et son équipe. Touadera a aussi droit à un état de grâce pour les premiers cent jours. Il faut taire pour l’instant les égos et la soif de pouvoir, devant les urgences.

 


© Droits réservés
NOMINATIONS LEGITIMES MAIS SURPPRENANTES

Que le nouveau Président veuille s’entourer d’abord de personnes proches, qui collaborent avec lui depuis longtemps est légitime. Après tout, chaque Président de la République démocratiquement élu, dispose d’un pouvoir discrétionnaire, quant à la nomination du Premier Ministre. L’habilité politique aurait consistée pour Touadera, de nommer un Premier Ministre, qui ne suscite pas des critiques de clanisme. Un Premier Ministre issu du parti du candidat arrivé 2è au deuxième tour des élections présidentielles. Ou du parti majoritaire à l’Assemblée Nationale. L’unité du pays et sa réconciliation passent par une politique de redressement courageuse et sans concession. Mais débarrassée de tout népotisme. Pour le moment, la sagesse commande aux Centrafricains de se rassembler derrière le Président élu et l’équipe gouvernementale qu’il va constituer. Pour éviter que le Centrafrique ne retombe dans le chaos.

CENTRAFRIQUE NA NDOUZOU ! (Debout le Centrafrique!)
 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Le nouveau gouvernement fera ses preuves

Par jean mbalanga

07/04/2016 15:32

Que des impatiences s'animent au lendemais des élections , rien d'anormal. Que telle catégorie sociale craigne
une politique d'exclusion, rien de nouveau. Mais que des lobbies rompues à l'intimidation, à la méthode des mafieux, se donnent rendez-vous pour savonner le terrain contre ce nouveau pouvoir, celâ ne laisse pas indifférent. Il y eu à travers ces élections comme un pacte de loyauté républicaine par ce que le professeur TOUADERA est un homme de conviction qui croit à son pays. L'institutionnalisation des moyens de gouvernance c'est maintenant et le peuple y croit.

La façon dont notre classe politique s'est présentée tout au long avec pragmatisme, auto-control malgré des dérapages d'anulation un moment ménaçent, a démontré la capacité qu'une société dans les moments difficiles peut mobiliser pour se remettre en cause. L'idée que nous revenions en arrière, que le pouvoir est la propriété d'un groupe toujours les mêmes, que les centrafricains se laisseront encore avoir, qu'il soit bien compris que le clientélisme d'un paternalisme dessuet est bien fini.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués