NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Viols en RCA: HRW fustige le rapport de l’ONU

Par Journaldebangui.com, source Rjdh - 10/03/2016

Dans un communiqué de presse publié le 4 mars dernier, Human Rights Watch (HRW), a critiqué le rapport des Nations-Unies sur les viols sexuels commis par des casques bleus en Centrafrique et ailleurs

 

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon a dans son rapport annuel, évoqué les 69 allégations d’abus sexuels qui ont été enregistrées en 2015, soit une augmentation de 17 cas par rapport à 2014. Cette augmentation s’explique essentiellement par les 22 cas rapportés concernant la Minusca, d’après ledit rapport. HRW souligne le fait que le secrétaire général de l’ONU ait publié officiellement pour la première fois, les nationalités des soldats de la paix soupçonnés d’abus et d’exploitation sexuels alors qu’ils portaient le casque bleu de l’ONU.

Sarah Taylor, responsable de plaidoyer auprès de la division Droits des femmes à Human Right Watch juge que la "réputation de l’ONU en ce qui concerne la protection des civils est en jeu". "Le rapport du Secrétaire général lève le voile sur les sévices commis par les soldats de la paix, mais les pays qui fournissent des contingents aux opérations de maintien de la paix devront poursuivre leurs actions contre les auteurs de ces exactions", déclare-t-elle.

Pour HRW, "l’ONU devrait faire preuve de leadership pour mettre un terme à l’exploitation et aux abus sexuels partout dans le système, du siège à New York aux missions sur le terrain dans les zones de conflit. Les gouvernements devraient arrêter de faire bonne figure devant ce problème pour prendre des actions concrètes comme améliorer la formation de leurs troupes et sanctionner les responsables d’abus".

 


© Droits réservés
HRW appelle donc l’ONU à concrétiser les engagements précédents comme surveiller régulièrement l’état d’avancement des enquêtes et des poursuites judiciaires par les pays fournisseurs de contingents, créer un poste de cadre responsable pour toutes les missions sur le terrain afin d’assurer les meilleures pratiques à la fois pour les enquêtes et la protection des victimes.

L’ONG insiste pour que l’ONU puisse assurer une formation systématique des soldats de la paix sur la politique de «tolérance zéro» vis-à-vis de l’exploitation et des abus sexuels ; garantir le rapatriement rapide des unités responsables de crimes et indiquer clairement aux pays fournisseurs de contingents que leur capacité à rendre compte des crimes perpétrés par les soldats de la paix sera un critère essentiel pour décider ou non d’accepter davantage de leurs troupes au sein des missions de maintien de la paix de l’ONU.

Le rapport l’ONU a documenté en Centrafrique le meurtre de 333 enfants et la mutilation de 589 autres dans des attaques depuis 2013. Il estimait en 2014 qu’entre 6.000 et 10.000 enfants étaient associés à toutes les parties au conflit et plus de 500 cas de viols et autres formes de violences sexuelles ont été documentés par l’ONU depuis 2011.
 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Mais et les soldats français !!!

Par Sorokaté

12/03/2016 18:53

Où en sommes-nous avec l'affaire de viol des mineurs centrafricains par les soldats français ?

La justice est faite pour des civilisés ?
Le centrafricain n'est pas humain ?

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués