NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Opération Sangaris, un succès durant les scrutins en RCA

Par Journaldebangui.com, source L'Opinion - 01/03/2016

L’opération militaire française Sangaris vient de remporter une belle victoire en République centrafricaine (RCA), avec la tenue de l’élection présidentielle

 

Repoussée à plusieurs reprises, celle-ci s’est déroulée dans le calme et a permis d’élire un candidat que personne n’attendait avant le premier tour, Faustin-Archange Touadéra, selon les résultats rendus publics le 20 février. À 58 ans, ce mathématicien et universitaire, ancien Premier ministre, s’est présenté comme le «candidat du peuple» promettant de combattre la corruption. Il triomphe largement. L’adversaire de Touadéra, Anicet-Georges Dologuélé, lui aussi ancien chef du gouvernement, a obtenu 37,29%. Il a annoncé qu’il reconnaissait les résultats provisoires annoncés par l’ANE.

Cette élection, dont les résultats définitifs doivent encore être validés, est une étape essentielle dans le retour à la paix civile de la République centrafricaine, qui a basculé dans le chaos au printemps 2013. Trois ans plus tard, une issue positive peut être espérée, comme le succès de la visite du pape François en novembre l’avait déjà montré.

Les problèmes de la Centrafrique restent toutefois immenses. Selon l’Indice de développement humain des Nations Unies, la RCA se situe au 187e rang mondial sur… 188. Des fractures ethniques et religieuses minent le pays alors que les rapports entre éleveurs transhumants et agriculteurs sont sources de violences. La classe politique n’a pas toujours donné une image très glorieuse. Que l’on se souvienne de «l’empereur» Bokassa, dont l’un de ses fils Jean Serge a obtenu 6 % au premier tour de la présidentielle.

La France n’a pas à y rougir de son action récente, notamment militaire. Déclenchée en urgence en décembre 2013, alors que se tenait un « sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique », l’opération Sangaris a permis d’éviter que la Centrafrique ne sombre complètement dans des massacres intercommunautaires notamment entre les ex-Sélékas (musulmans) et les anti-Balakas (chrétiens). Le bilan humain des violences n’a jamais été établi avec précision, mais il se compterait en milliers de morts.

Alors que l’armée française était déjà engagée au Mali depuis le mois de mars 2013, François Hollande décidait, neuf mois plus tard, d’intervenir en République centrafricaine. Dans les premiers mois, les militaires de l’ancienne puissance coloniale se retrouvent très seuls au milieu du chaos. Ce qui a poussé Paris à intervenir, c’est d’abord le spectre du Rwanda où la communauté internationale, avec la France aux premiers rangs, a laissé la situation se dégrader jusqu’au génocide de 1994. C’est aussi le succès de l’opération Licorne en Côte d’Ivoire. De 2002 à 2011, l’armée française a permis d’éviter que le pays ne se disloque entre le Nord et le Sud – une crise contenue et qui a trouvé son issue avec l’élection d’Alassane Ouattara.

 


© Droits réservés
C’est ce dernier modèle que la France tente de rééditer en République centrafricaine (RCA) : une maîtrise de la violence à basse intensité, un processus politique aboutissant à des élections reconnues, un autre processus de désarmement des groupes armés et un passage de relais entre les militaires françaises et les casques bleus pour garantir, sur le long terme, la stabilité du pays.

Au printemps 2014, l’armée française a compté jusqu’à 2 400 militaires sur le sol centrafricain. Pour un pays plus vaste que la France, même peuplé que de 5 millions d’habitants, c’est très peu.Grâce à une manœuvre très habile, Sangaris est parvenu à sécuriser la capitale Bangui et les deux grands axes de circulation qui relie ce pays enclavé au reste du monde. L’armée s’est ensuite déployée dans l’Ouest, avant de basculer vers l’Est, même si de larges secteurs dans les confins orientaux de la RCA sont restés globalement inaccessibles.

Avec une armée très sollicitée au Sahel, au Moyen-Orient et désormais sur le territoire national, Paris est pressé de se désengager militairement de RCA. À ce jour, l’opération Sangaris a coûté environ 400 millions d’euros. En septembre dernier, les effectifs de la force n’étaient déjà plus que de 900 hommes, avec l’idée de passer rapidement à 600. Las ! Une grave flambée de violences à l’automne et la nécessité de garantir le processus électoral ont retardé le départ des troupes. Le chef d’état-major des armées ne cache pas que son objectif est de fermer complètement Sangaris, quitte à revenir en cas d’urgence depuis les bases françaises en Afrique.

La France compte essentiellement sur les Nations-Unies pour prendre le relais, avec la Minusca. C’est une importante force de casques bleus, de l’ordre de 11 000 militaires et policiers, dont de nombreux contingents africains. L’opération Sangaris, depuis le camp de M’Poko, contigu à l’aéroport de Bangui, n’agit plus qu’en appui des casques bleus. De son côté, l’Union européenne a fourni, durant un an, une petite force de quelques centaines d’hommes, venus soulagés les militaires français à Bangui. Cette « Eufor-RCA » a, depuis lors, été remplacée par une modeste mission de conseil (Eumam) pour la réforme de l’armée locale. Une tâche essentielle pour le nouveau président.
 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Sangaris un succès ??? De qui se moque t-on !!

Par Sorokaté

01/03/2016 21:10

Le coup d'État la France a laissé faire les mercenaires. Avec un mandat complice de l'ONU en main la France coe un assassin sur les lieux dr u meurtre donne naissance à une armée neocolonialisme masquée sous le nom de sangaris.
Sangaris arme les musulmans selekistes et trahi les positons des anti balaka aux sujets musulmans armés.
Malgré les résolutions du mandat onusien la France sangaris s'est convertie en humanitaire délocalisant les musulmans centrafricains vers les zones coupées par les seleka.
Les chantiers miniers occupés exploités par les éléments de la sangaris, des adolescents, nineurs. Jeunes filles convertis en cobayes sexuels par la sangaris.
Des viols sexuels perpétrés sur des enfants centrafricains par les éléments de la sangaris.
De qui se moque t-on ?
Parler d'un succès de la sangaris en Rca est une insulte vis à vis du peuple centrafricain.
Monsieur malinas le colon est révoqué de ses fonctions par ce qu'il n'a pas pu imposer une marionnette en Centrafrique .
La sangaris rs5 une armée colonialiste e' Centrafrique.
Comprenez que personne n'a plus besoin de l'ingérence française dans la gestion de notre souveraineté.
Bientôt la francafrique sera dans la poubelle de l'histoire..
Qui vivra verra.

L'afrique doit quitter de coopérer avec la france

Ils s'enfoutent de nous,ses criminels de la Sangaris???

Par Par l'anti-Colonialiste

03/03/2016 10:14

Nous sommes tous témoins que la Sangaris,armée criminelle,destructrice,pillarde de Hollande, a lamentablement échoué.

Ayant eu un mandat masqué de la part de son partenaire (ONU),qui a pour but de venir armer la SELEKA,ennemi du peuple centrafricain, et de leur rapatrier dans les zones minières, avec une option sciccionniste de partition de notre pays.

Aujourd'hui, elle se réjouit de connaître un succès, après avoir entretenir les maux de l'abcès, sans le percer.

Allez vous-en, le peuple a décidé, de choisir son Président, contrairement à votre agenda.


POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués