NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Les premiers résultats du second tour attendus

Par Journaldebangui.com, source Adiac-congo - 16/02/2016

Contrairement au premier tour, la participation à l’intérieur et à l’étranger a été faible, comme cela a été le cas dans le centre de vote de Brazzaville

 

Le second tour de la présidentielle du dimanche 14 février est couplé avec le premier tour des législatives (le vote des députés ayant été annulé pour la première fois). Le scrutin s’est globalement déroulé dans le calme, et aucun incident majeur n’a été signalé. Malgré quelques retards dans l’ouverture de certains bureaux, la durée légale du vote a été observée, selon des observateurs. Les dépouillements des bulletins ont commencé après la fermeture des centres, cependant, les premiers résultats ne devraient pas être connus avant plusieurs jours.

L’Autorité nationale des élections (ANE), organe en charge de l’organisation du scrutin, et ses partenaires techniques ont pris des dispositions pour éviter les failles dénoncées lors du premier tour. "Je n'ai pas pu voter parce que mon nom ne figure pas sur la liste. Au premier tour, on m'avait laissé voter. Mais cette fois-ci, l'ANE ne nous laisse pas voter. Cela fait mal parce que je suis une citoyenne et j'aurais aimé voter", regrette une électrice sur La voix de l’Amérique. Un débat télévisé a opposé vendredi les deux finalistes de la présidentielle à Bangui. Malgré l’appel de la présidente de la transition, Catherine Samba Panza, l’engouement des électeurs devant les bureaux de vote a été très faible.

 


© Droits réservés
«Nous devrions nous battre pour relever le pays.»

"Les élections se tiennent au grand bonheur des Centrafricains. Cela permettra d’avoir des autorités légitimes, qui auront les coudées franches pour gérer le pays", a affirmé la présidente Samba-Panza. Mais, un inconnu reste déterminé dans ce processus: l’après publication des résultats. La mission onusienne en RCA tente de rassurer. Pour le chef de la force de maintien de la paix de l'ONU, Balla Keita, les Casques bleus feront tout pour éviter un quelconque trouble à Bangui. "Aujourd'hui, nous revenons voir si là où la guerre s'était passé, si tout se passe bien. Vous voyez l'ambiance est formidable, les gens sont heureux, ils ont confiance", a déclaré le Sénégalais Balla Keita.

La même ambiance a été constatée au Congo-Brazzaville, où environ 7000 électeurs (y compris des réfugiés et demandeurs d’asile) étaient attendus aux urnes. Dans l’unique centre de vote de Brazzaville, installé dans l’enceinte de l’ambassade de la RCA dans la ville capitale, l’ambiance est très timide- alors qu’au premier tour du 30 décembre, dès 6 heures du matin de longues files d’attentes se sont formées devant les trois bureaux-. Une situation déplorée par un électeur Jean-Marie Konvene Houlou. Mais, "la République centrafricaine, c’est notre pays. Nous devrions nous battre pour relever de pays", a renchéri ce diplômé.

C’est un scrutin de sortie de crise, a indiqué le représentant du cadre de concertation en mission électorale à Brazzaville, Serge-Thierry Ngombe, expliquant que des réunions techniques ont été tenues pour garantir la transparence du vote au Congo. "Les mesures prises sont celles prévues au code électoral", a conclu le président de l’ANE-Brazzaville, Etienne Grebali.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués