DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Les étudiants Peuls aspirent au changement

Par DAHIROU Amadou - 07/02/2016

DAHIROU Amadou,Le Président

 

Nous, membres de la CEPCA annonçons notre satisfaction suite à la bonne tenue du premier tour des élections présidentielles et législatives dans notre pays et tenons à féliciter les efforts et la volonté affichée de nos concitoyens à laisser derrière eux la période sombre de la crise.

Saisissons cette occasion pour féliciter les candidats challengers au 1er tour et prions les autres malheureux de mobiliser massivement leurs sympathisants derrière le choix de la majorité pour nous permettre d’aboutir aux résultats consensuels.

Tenons aussi à rappeler à notre future président l’immensité de notre espoir porté sur lui pour garantir à tous les centrafricains la sécurité, la liberté et le choix de rentrer vivre dans son pays. Nous attendons son implication directe pour permettre le retour et le relogement de nos concitoyens qui vivent désespérément dans les camps des déplacés quasiment désertés des humanitaires.

 


© Droits réservés
Pour ce point nous insistons sur le fait qu’une attention particulière doit être accordée sur le relogement des déplacés peuls nomades qui sont mis souvent dans les oubliettes quant il s’agit des questions d’accès aux services publiques. Il faut noter qu’en ce moment ils sont des milliers à être pillés, leur bétail emporté et finissent dans les camps de fortune souvent en plein brousse dans les pays voisins sans aucun moyen de se reconstruire un avenir paisible. Au moment qu’ils ont perdu tous leur bétail, cette communauté a nécessairement perdu la raison de son nomadisme et doit s’adapter à une nouvelle mode de vie qui nécessite plus des moyens et plus d’accompagnement. Donc il est vraiment urgent de les accompagner à s’adapter notamment pour avoir un toit, favoriser l’éducation des enfants et former les jeunes bergers aux nouvelles professions.

Il en est de même pour le retour des éleveurs ayants réussi à sauvé certains de leur bétail avec une urgence en plus à garantir la sécurité dans les zones d’élevage et la rénovation des services et association en charge du développement d’élevage. Il est important de tenir compte de risque que constitue la circulation massive des armes de guerre dans l’arrière du pays sur la sécurité des éleveurs nomades notamment le fameux phénomène de Zaraguina ou des malfaiteurs isolés.

Dans l’attente de l’aboutissement au bout de ce processus électoral dans le calme, dans l’intelligence et la transparence nous souhaitons à nos compatriotes un bon choix pour nous apporter la paix, le développement et la cohésion sociale dans notre pays.
 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Cessons avec cette discrimination....

Par Sorokaté

24/02/2016 17:39

Cette manière de stigmatisation sociale nous a emmené des guerres ethniques suite aux gouvernances claniques de notre pays la Rca. Est -ce nécessaire de dire que les étudiants peulhs aspirent au changement ? Qui n'aspire pas au changement ?
Si tous les étudiants centrafricains se mettent en Afrique affinité ethnique pour revendiquer .... ?
Le médias rempli t-il son devoir?
Les journaux respectent ils la déontologie journalistique ?
Éduquer, informer, former,instruire...

Si les autres étudiants mandja, banda, yakoma, Ali, gbanou, bambinga.... Revendiquent aussi de changement !
N'est -ce pas diviser pour foutre la merde... Et puis.. Coup d'État chaque dix ans ???
C'est un jeu dangereux...
La stigmatisation, la discrimination, la ségrégation....
Soyons sages...
Sorokaté alias Domzan-bene.

Bonne analyse

Par emery

10/03/2016 16:57

Je prend ce moment pour encourager le cadet qui a fait une tres bonne analyse qui est constructive mais je souhaiterais qu'il parle de tous les cotés cad des centrafricains en general qui souffrent que de s'appuyer sur seulement sur les Peuls.
Un BON CENTRAFRICAIN doit eviter aujourd'hui de s'appuyer sur ses propres parents, nous appartenons maintenant à une seule mère et seul Père. Tout le monde a souffert de cette crise, le seul mot : NOUS VOULONS UNE PAIX DURABLE, PLUS DE DIVISION INUTILE NI DE TENIR DES PROPOS SEGREGATIONNISTES. METTONS FINS A TOUS LES MAUX QUI NOUS AFFAIBLISSENT. Je remercie mon cadet de cette analyse. Merci

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués