SUCCESS STORIES   |     DIASPORA   |     JEUNES TALENTS  |    

Mme Nina Gbagbo Yébouzou: «L’écart entre les filles et les garçons s'aggrave»

Par Sebastien Lamba - 03/03/2011

La Centrafricaine encourage la création des conditions propices pour la scolarisation des filles

 

Que pensez-vous de la journée Internationale de la femme, en tant que femme centrafricaine?
En tant qu’une femme centrafricaine, je dirais que la Journée Internationale de la femme est une journée pendant laquelle la femme doit prendre conscience de sa condition sociale. En Centrafrique, les femmes confondent la journée internationale de la femme, à la fête des mères qui est célébrée la fin du mois de mai de chaque année. Alors que la journée Internationale de la femme, instituée par les Nations-Unies en 1977et par la France en 1982 afin de faire le point sur l’égalité de sexe et les conditions de la promotion sociale des femmes dans la société.

Par rapport au concept genre êtes-vous satisfait?
A mon avis le concept genre est respecté à moitié en République Centrafricaine. Selon les statistiques du ministère de la fonction publique, sur un effectif total de 25.523 travailleurs engagés par l’administration, les femmes ne représentent que 16,5%, soit un effectif de 4200 salariées. Concernant la prise de décisions, le constat reste le même (2 femmes sur 16 préfets, 10 femmes sur 168 maires). La proportion de femmes ayant voix dans les structures de décisions est faible.

 


© journaldebangui.com
Mme Nina Gbagbo Yébouzou
En passant en revue les principales structures de décisions, on constate l’ampleur des inégalités dont les femmes sont victimes: à l’Assemblée Nationale, le nombre des femmes députés pendant la dernière législature (1999-2003), à 10 femmes pour 105 sièges actuellement soit 9, 52%. Les femmes espèrent atteindre le fameux quota des 30% lors de la prochaine législature. Au gouvernement, sur trente quatre (34) membres, 4 femmes seulement sont ministres, ce qui représente 11 ,76%. Au conseil Economique et Social, les femmes n’occupent que huit (8) places pour un effectif de 74 Conseillers, soit 10,81%. Dans la diplomatie, seule une femme est Ambassadeur sur neuf (9), soit 11%. Dans la magistrature, 7 femmes sur 150 seulement sont Magistrats soit 4,66%.

Quelles sont vos suggestions par rapport à la journée?
Pour cette journée, j’aurais souhaité que les Nations-Unies puissent réveiller les des femmes en organisant des débats sur de thèmes propres à la femme, pour permettre aux femmes centrafricaines de se mobiliser, de réfléchir sur ce qu’elles doivent faire pour améliorer leur condition de vie. Vous savez, la République Centrafricaine est un pays où le taux d’analphabétisme est élevé surtout dans la population féminine. Durant les deux dernières années, l’évolution du Taux Net de Scolarisation chez les filles est restée relativement faible par rapport à la tendance observée chez les garçons. L’écart entre les filles et les garçons est davantage aggravé dans les régions qui ont connu des conflits.

Avez-vous un appel à lancer?
J’exhorte le gouvernement d’encourager de créer des conditions propices pour la scolarisation des filles, des femmes adultes et la création des emplois afin de permettre aux femmes d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement.

 

 
MOTS CLES :  Scolarisation   Garçons   Filles   Gbagbo Yébouzou 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués