NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

CPI: Laurent Gbagbo plaide non coupable à l'ouverture du procès

Par Journaldebangui.com, source Rfi - 28/01/2016

L'ancien président ivoirien a choisi de plaider non coupable, comme son ancien ministre Charles Blé Goudé, qui comparaît à ses côtés

 

C’est souriant et vêtu d’un costume bleu foncé que Laurent Gbagbo, 70 ans, s’est présenté ce jeudi matin à l’ouverture de son procès. Visiblement détendu, il a serré la main de ses avocats puis est allé s’asseoir au fond à droite, derrière son équipe de défense dans la partie réservée aux accusés, dans les tous nouveaux locaux de la Cour pénale internationale de La Haye.

Mais c'est d’une voix faible et calme que Laurent Gbagbo a pris la parole peu après 10h30 (heure locale) ce jeudi matin. "Comprenez-vous les charges qui vous sont imputées ?", lui demande le président de la Cour. "Oui, je les comprends", répond-il après quelques instants d’hésitation, comme s’il était ailleurs. Puis, se levant, il s’adresse à la Cour: "Monsieur le président, je plaide non coupable." Et de se rasseoir tout aussi calmement.

Même stratégie pour Charles Blé Goudé, à sa gauche. "Je ne reconnais pas les charges, par conséquent je plaide non coupable", déclare l'ancien ministre. Peu d’interactions entre les deux hommes jusqu’à présent. Les attitudes sont très différentes: Charles Blé Goudé est attentif, prenant des notes soigneusement, tout au long de l'audience, tandis que Laurent Gbagbo s’est déjà éclipsé à plusieurs reprises quelques instants depuis le début du procès.

 


© Droits réservés
La défense a une nouvelle fois critiqué le travail de la procureure de la Cour pénale internationale, Fatou Bensouda. Dès le début, l'un des avocats de Laurent Gbagbo a déposé de nouvelles requêtes, estimant notamment que la défense n'avait pas eu assez de temps pour se préparer, compte tenu de la taille du dossier.

Mais surtout, les conseils de l'ex-président accusent la procureure d'avoir sciemment écarté du dossier certains éléments de preuve à décharge pour son accusé, et ce en violation du statut de Rome qui régit la CPI. "Depuis quatre ans maintenant, a dit l'un des avocats, le procureur adopte une certaine vision de la crise ivoirienne. A ce niveau, nous sortons du domaine du droit pour rentrer dans celui de la croyance, qui n'a pas sa place dans ce prétoire."

On ne sait pas encore si l'ancien chef de l'Etat ivoirien s’exprimera demain vendredi. Son avocat a pour le moment décidé de garder la surprise. Mais d’ores et déjà, le président de la Cour a tenu à faire cette mise en garde en préambule ce jeudi matin: "Ce procès n’est pas une manifestation politique ; la Chambre ne permettra pas une instrumentalisation politique de ce procès."
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués