DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

CENTRAFRIQUE : Interminables élections

Par Maria de BABIA - 27/01/2016

Maria de BABIA

 

Ainsi, la magouille politique et le tripatouillage électoral auront eu raison des législatives centrafricaines qui, conséquemment viennent d’être annulées par Zacharie Ndouba, président de la Cour constitutionnelle. Cet acte va incontestablement amener le pays à vivre une situation bancale, où au sortir de la Transition, les Centrafricains vivront une démocratie dans sa première phase sans les représentants du peuple: les députés.

En effet, des plaintes tous azimuts ont plu sur la Cour constitutionnelle par centaines, au lendemain des élections du 30 décembre qui a vu les citoyens de la République Centrafricaine se rendre aux urnes, après de terribles affrontements ethniques entre rebelles Séléka et anti-Balakas, des milices ethno-politiques qui ont littéralement sapé les bases de l’unité nationale.

 


© Droits réservés
Impliquées dans des trafics de tous genres, aggravant les conflits confessionnels, ces forces rétrogrades ont donné du fil à retordre aux autorités de la transition que dirige la présidente Samba Panza et aux casques bleus de la Minusca. Cependant, presque à la surprise générale, le double scrutin s’est déroulé dans le calme, sans incidents majeurs. Par contre de nombreuses irrégularités sont venues jeter le discrédit sur le processus électoral, avec les dénonciations véhémentes des leaders politiques, notamment l’ancien président Kolingba avec ses 12% et l’ancien premier ministre Martin Ziguélé et ses 11,4 %, fermant le peloton des présidentiables.

Le 31 janvier prochain donc, suite aux résultats proclamés par la Cour constitutionnelle et l’annulation déclarée des législatives, la RCA a de nouveau un double rendez-vous: le second tour de la présidentielle et le scrutin législatif à reprendre. Les conséquences financières de cette annulation ne sont pas encore totalement évaluées par l’Autorité Nationale des Elections, mais les remous politiques de contestation se font déjà vivement entendre. Pourvu que tout s’arrête aux combats d’idées, et que plus jamais, les Centrafricains ne choisissent les combats d’épées!
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués