NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Procesus électoral: la Minusca se dit engagée

Par Journaldebangui.com, source Adiac-congo - 15/01/2016

Alors que les Centrafricains se préparent pour le second tour de l’élection présidentielle qui se tiendra le 31 janvier, la Minusca a réitéré son engagement pour la tenue du scrutin

 

"La force s’engage à déployer tous les moyens à sa disposition pour que le second tour des élections se fasse dans le calme" a déclaré le porte-parole de la force internationale, Vladimir Monteiro. Il s’exprimait mercredi à la faveur d’une conférence de presse hebdomadaire, qui lui a permis de dresser le bilan des principales actions menées par la Minusca pendant l’année 2015.

Pour ce qui est du bilan proprement dit, Vladimir Monteiro a indiqué l’action de la Minusca durant cette même période a tenu compte du processus électoral en RCA, en vue d’un retour à l’ordre constitutionnel. Ceci, étant donné que l’enregistrement des électeurs, la tenue du référendum sur la Constitution et du premier tour des élections présidentielle et législatives ont été des temps forts qui ont bénéficié de l’appui logistique, matériel et financier des Nations unies. À cet égard, et en sus de la mise en place par l’assistance électorale intégrée de 17 bureaux électoraux régionaux et des démembrements de l’Autorité nationale des élections (ANE), la force onusienne a transporté 252 tonnes du matériel de vote et des résultats à l’échelle nationale ainsi que sur les sites de réfugiés au Cameroun et au Tchad. Pour les besoins de ces opérations, la Minusca a opéré 82 vols.

Au chapitre de l’appui au processus politique, les activités de conciliation, de médiation, d’information et de formation entreprises par la mission onusienne ont "contribué à l’instauration d’un climat de paix et de réconciliation en Centrafrique". La Minusca a assuré s’être largement investie dans l’organisation Forum national de Bangui qui a abouti à des documents fondateurs pour la gouvernance en Centrafrique. Parmi ces textes, figure l’Accord sur les principes de Désarmement, Démobilisation, Réintégration et Rapatriement (DDRR) entre le gouvernement de transition et les groupes armés, qui constitue un socle pour le programme national de DDRR.

 


© Droits réservés
Dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord suscité, la Minusca avait procédé à la dépollution du Camp en y retirant 6.000 tonnes de munitions. Dans le même ordre, elle a assuré la prise en charge des ex-combattants des ex-Seleka regroupés dans trois camps à Bangui (BEAL, BSS, RDOT). Avec un financement de 992.988 dollars américains, 929 ex-combattants ont été recensés et reçoivent régulièrement un soutien alimentaire. Un programme de pré-DDR a également été lancé en collaboration avec le Haut-Commissariat DDR/RSS pour la prise en charge des ex-combattants à l’intérieur du pays. A ce jour, 1.178 ex-combattants participent au pré-DDR. L’objectif est d’amener les ex-combattants à apprécier les dividendes de la paix. "En 2016, la MIinusca compte dédier 3.000.000 de dollars à ce programme afin de l’étendre à 16 localités où il y a une présence significative d’ex-combattants", a indiqué le porte-parole.

En ce qui concerne la restauration de l’Autorité de l’Etat, a poursuivi Vladimir Monteiro, "les interventions ont été axées sur le développement des capacités managériales avec notamment la formation de 16 préfets et 71 sous-préfets en gestion de la chose publique et sur le processus d’organisation d’élections justes et équitables". "La force de l’ONU a effectué 239.159 patrouilles conformément au mandat de protection de la population civile", a indiqué le porte-parole. Un Guide territorial, outil de base à la formation des fonctionnaires en relation avec la gouvernance déconcentrée, a été élaboré. Dans cette même optique et afin d’appuyer la reprise des services déconcentrés de l’Etat, une initiative commune PNUD-Minusca va permettre le déploiement prochain de 1000 fonctionnaires qui ont été identifiés. D’autre part, plusieurs infrastructures administratives ont été réhabilitées grâce aux projets à impact rapide qui bénéficient d’une enveloppe de 3.000.000 de dollars.

Parlant du départ de la Minusca du contingent de la République démocratique du Congo, Monteiro a précisé « qu’il ne créera aucun vide dans sa stratégie de protection des civils en Centrafrique ».

Pour sa part, le porte-parole de la police de la Minusca, le Lieutenant Konseiga Salifou, a rappelé que le défi majeur en 2015 était la sécurisation du processus électoral tout en réalisant les missions régaliennes de protection des personnes et des biens. En outre, "la police de la Minusca a réalisé six projets à impact rapide d’un montant de 110 millions de francs.", a-t-il relevé. Deux autres projets, d’un montant de 59 millions de francs sont en cours d’exécution et visent la réhabilitation et l’équipement des commissariats de police et brigades de gendarmerie à travers le territoire centrafricain.

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués