NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Ban Ki-moon invite les Centrafricains à exercer leur droit de vote

Par Journaldebangui.com, source Xinhua - 30/12/2015

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a invité les Centrafricains à exercer leur droit de vote sans céder à la peur lors des élections présidentielle et législatives

 

"Je m'adresse au peuple centrafricain pour lui exprimer ma solidarité. Les élections qui vont se tenir seront un moment historique pour votre pays", a déclaré M. Ban dans un message audio en français.

"Jamais autant de Centrafricains ne se sont inscrits pour voter. J'invite chacun d'entre vous à exercer son droit de vote sans céder à ceux qui voudraient empêcher les Centrafricains de s'exprimer pacifiquement. L'Organisation des Nations Unies restera à vos côtés durant cette période critique", a-t-il ajouté.

 


© Droits réservés
Les élections, qui étaient prévues pour dimanche 27 décembre, ont été reportées de trois jours, au 30 décembre 2015, pour régler certains problèmes logistiques et pour parachever la formation des agents électoraux.

Ces élections font suite à un référendum constitutionnel qui a eu lieu à la mi-décembre et s'inscrivent dans un processus visant à parachever la transition politique dans le pays, après plus de deux ans de troubles et de combats entre les forces majoritairement musulmanes de la Séléka et les groupes anti-Balaka à majorité chrétienne.
 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Les résultats provisoires des élections présidentielles

Par sorokaté

02/01/2016 17:56


Résultats présidentiels partiels et provisoires de Bangui
Rubrique A la une / Politique / samedi 2 janvier 2016 14:23


Résultats présidentiels partiels et provisoires de Bangui L'Autorité Nationale des Elections (ANE) a publié ce samedi 2 janvier 2016, les résultats estimés à 64 % des 622 bureaux de vote à Bangui. Radio Ndeke Luka vous propose les statistiques des résultats du scrutin présidentiel circonscription par circonscription.

La péréquation des résultats de Bangui donne le total suivant :

Anicet Georges Dologuélé : 28.162 / Laurent Gomina Pampali : 265
Faustin Archange Touadéra : 30.999 / Ngouyongbia Kongba Zeze : 577
Jean Michel Madaba : 2.097 / Mathias Barthélémy Morouba : 511
Martin Ziguélé : 9.948 / Jean Willibiro Sacko : 879
Charles Armel Doubane : 1.864 / Théodore Kapou : 3.118
Fidèle Gouandjika : 730 / Emile Gros Raymond Nakombo : 306
Désiré Bilal Nzanga Kolingba : 25.057 / Xavier Sylvestre Yangongo : 1.168
Sylvain Eugène Patassé Ngakoutou : 1.088 / Théophile Sony Colé : 1.188
Cyriaque Gonda : 481 / Ange Maxime Kazagui : 286
Guy Roger Moskit : 630 / Olivier Emmanuel Gabirault : 148
Timoléon Mbaïkoua : 604 / Stanislas Moussa Kembe : 249
Régina Konzi Mongo : 791 / Jean Baptiste Koba : 111
Gaston Mandata Nguérékata : 1.123 / Jean Serge Bokassa : 6.672
Abdou Karim Meckassoua : 3.682 / Marcel Dimassé : 571
Jean Barkès Ngombé Kette : 2.777 / Joseph Yakité : 361

L'ANE a promis ce samedi de raffiner les chiffres, les compiler et les rendre public.

L'ONE formule des recommandations aux acteurs du processus électoral

L'Observatoire National des Elections (ONE), a formulé ce vendredi, lors d'une conférence de presse au Complexe sportif Barthélémy Boganda à Bangui, des recommandations aux acteurs du processus électoral. L'ONE a dénoncé de nombreux dysfonctionnements et irrégularités le 30 décembre 2015.

L'ONE recommande donc, pour le second tour, le renforcement des capacités des agents électoraux, l'intensification de la sensibilisation et de l'éducation des électeurs sur les techniques de vote, la mise en place des dispositions nécessaires pour l'ouverture des bureaux de vote selon les textes en vigueur, l'accroissement de la représentativité des candidats dans les bureaux de vote, le renforcement du dispositif de sécurité des bureaux de vote à l'intérieur du pays.

Le HCCT met en garde les médias

Le Haut Conseil de la Communication de Transition (HCCT) appelle une fois de plus les professionnels des médias à observer le code de bonne conduite. Selon Tita Samba Solé, vice président du HCCT, seule l'ANE et ses démembrements sont autorisés à publier les résultats partiels et provisoires de ces élections.

« A nos collègues, journalistes de la presse privée et des radios privées qui sont écoutées sur le territoire centrafricain, il ne nous est pas ordonné de diffuser des résultats même s'ils sont partiels ou provisoires », a prévenu le vice président du HCCT. Il a soutenu qu'« Aujourd'hui, il est regrettable de constater que certaines presses s'amusent ou s'auto autorisent à diffuser des résultats », précisant que : « ce ne sont pas seulement les journalistes centrafricains, mais c'est aussi des journalistes étrangers qui sont sur notre territoire qui sont en train de publier des résultats partiels ».

Bilan des élections jugé positif par les observateurs internationaux

La Communauté Economique des Etats de l'Afrique Centrale (CEEAC) et le Forum parlementaire de la conférence internationale des pays de Grand-Lac (FP-CIRGL) ont dressé un bilan positif du déroulement des élections du 30 décembre 2015. Les deux institutions ont noté avec satisfaction le déroulement de tout le processus électoral, malgré les imperfections enregistrées, notamment au niveau organisationnel.

Au cours d’une conférence de presse ce vendredi à Bangui, la CEEAC et le FP-CIRGL ont dégagé une position commune : les élections du 30 décembre ont été libres, transparentes et équitables.

« La mission d'observation électorale du FP-CIRGL est d'avis que les insuffisances constatées durant les opérations de vote ne sont pas de nature à influencer les résultats finaux. Par conséquent, le processus organisé par l'ANE a été pacifique, libre, transparente et équitable », a indiqué Joseph Ndarishikanyé, chargé de programmes au FP CIRGL, membres de la mission internationale d’observation de ces scrutins.

Exhortant l’ANE et la Cour Constitutionnelle de Transition (CCT) à œuvrer avec diligence à la consolidation des résultats en les rendant publics dans le délai prescrit par la loi électorale, la CEEAC invite les candidats au fair-play et au respect des résultats issus des urnes.

« La mission de la CEEAC invite les candidats d'une part au fair-play et à l'acceptation des résultats qui sortiront des urnes et d'autre part, à éviter tout comportement de nature à perturber le processus de stabilisation de la République Centrafricaine. La mission estime que les scrutins qui viennent de se dérouler sont la manifestation d'une volonté partagée par le peuple centrafricain de tourner de manière irréversible la page de l'instabilité et de la violence. Il s'agit donc d'une victoire du peuple centrafricain dans sa diversité », a expliqué l'ambassadeur Baudouin Hamuli Kabharuza, chef de mission d’observation électorale de la CEEAC.

Les institutions exhortent enfin l’ANE au renforcement des capacités des agents électoraux, à l’amélioration des dispositions pour la suite du processus à venir et au recours aux nouvelles technologies de l’information et de la communication en vue d’une transmission rapide et sécurisée des résultats électoraux.



Published in Politique Read more...

Tagged under Rubrique A la une

Celui qui tue par l'épée sera tué par l'épée de Dieu tout puissant , celui qui a versé le sang des centro pour devenir président ne sera pas élu president des Centro....

Par sorokaté

03/01/2016 12:45

Les résultats provisoires des élections présidentielles en Centrafrique viennent d'être publiés par l'ANE.

Nous constatons que le peuple Centrafricain à prouvé sa maturité relative à son devoir civique, par là la sanction est irréversible pour les traîtres selekistes comme Martin Ziguélé qui a vendu notre RCA aux mercenaires Tchado Soudanais appuyés par la France.
Le peuple Centrafricain a compris qui est son vrai ennemi et judas.

Le sang humain est précieux et cher pour Dieu , quiconque tue son prochain sera puni et c'est bien le verdict.
Monsieur Martin Ziguélé ne sera jamais président de la RCA idem pour ceux qui ont accouché la seleka en RCA le peuple se mettra debout contre eux.
La soif du peuple Centrafricain à se débarrasser des marionnettes de la francafrique est sans pareille, oui le peuple est roi, le dernier mot revient au peuple souverain car la voix du peuple est celle de Dieu tout puissant.

Peuple Centrafricain par le biais de vote nous devons barrer la route à tous ceux qui sont animés par leur avidité politicienne ravageuse et non patriotique.
Ceci est un signal précurseur vis à vis des charognards et voyous pilleurs de notre riche et beau pays la Centrafrique appelée ignoblement le pré carré français.

A tous les autres candidats aux présidentielles, vous devez comprendre que le peuple est mature pour choisir son président celui qui, une fois élu défendra nos intérêts nationaux , le tribalisme, le clientélisme, le népotisme , la cupidité seront prohibés.
Une vraie justice soit rendue au peuple Centrafricain meurtri, tous ceux qui ont détournés, volés, pillés, massacrés le peuple centrafricain doivent rendre comptes .

Au nouveau président, il est urgent dans les six mois de son élection à la tête de notre magistrature suprême de revoir tous les accords coloniaux qui nous déshumanisent.
Tous les contacts d'exploitation de nos richesses signés à tour de bras sans légitimité par la Sambapanzie doivent être annulés. Urgence de refonder notre FACA constituée des ressortissants de toutes nos seize préfectures, des bases militaires bien équipées à nos frontières centrafricaines.
la décentralisation de notre administration nationale à travers des ministres résidents appuyés par les préfets, sous préfets, des maires , les députés nationaux, des forces de défenses et de sécurité, des chefs de villages et quartiers rétablis dans leur fonction d'autant.

Il est souhaitable qu'on ramène les impôts aux chefs de villages et quartiers pour leur permettre de connaitre au mieux leurs citoyens respectifs.

Si deuxième tour y'a, lors des campagnes les vérités doivent sortir sur ceux qui ont collaborés avec les mercenaires en Centrafrique.
Le nouveau président doit interdire l'appellation anarchique de colonels de généraux barbares issus des récentes rébellions en Centrafrique. Ceux qui veulent opter pour l'armée doivent se soumettre aux règlements et lois qui régissent cette institution (FACA)...

Le future président doit mettre à la poubelle cette honteuse et piteuse constitution montée de toute pièce par la Sambapanzie qui n'a pas de légitimité pour cela, l'ancienne reste efficace.

La diversité nationale, la laïcité, le respect de notre souveraineté, la bonne gouvernance avec une justice souveraine doivent être le défi du nouveau président. L'Homme qu'il faut à la place qu'il faut.
La coopération de tout genre , de toute nature, dans tous les domaines avec notre pays méritent un accent sur le bien être du peuple Centrafricain. Si l'élection est bien l'expression d'une démocratie ce qui atteste bien la souveraineté d'un peuple à choisir ses représentants nationaux il serait aussi démocratique d'y associer le peuple à tout ce qui touche la gestion du pays.

"Tout ce qu'on fait pour le peuple sans le peuple est contre le peuple" le future président ne sera pas l' HOMME fort, ni au dessus de la loi, il reste simple serviteur du peuple Centrafricain notion élémentaire de la démocratie: Le pouvoir du peuple, par le peuple,pour le peuple..... cessons d'appeler des présidents Père, papa, maman de tous non c'est de l'enfumage, de l'opium.
Que la Centrafrique renaisse de ses cendres, dehors les traîtres et complices selekistes vautours. La Centrafrique doit battre sa monnaie nationale l'ossature d'une indépendance économique d'un pays qui se veut souverain pour ce faire il nous faut un président contre la Francafrique, un président nationaliste, et PATRIOTIQUE, or, Martin Ziguélé a fait du MLPC Centrafricain un PS de François Hollande le va t'en guerre.

Si la Lybie, le Mali, la Cote d'Ivoire, le Tchad ,la RCA, le Gabon le Congo Brazza le Burkina fasso sont devenus des foyers de misère, de pauvreté, de coup d'états et guerres sociales c'est bien à cause de l'impérialisme Français. Des élections fictives sont souvent organisées dans ces pays encore sous la colonisation honteuse en cette 21é siècle à l'issus des quelles sont imposées des marionnettes. Les africains doivent comprendre que le développement s'obtient par la richesse nationale et non par des aides financières véritables appâts venant d'ailleurs qui, en principe servent de nous endetter et faciliter notre pillage économique.

Nous voulons en Centrafrique de nouvelles figures politiques nationalistes.
Vive la Centrafrique , vive le peuple Centrafricain uni et souverain.
A quand les observateurs Centrafricains iront superviser les élections présidentielles et législatives en France? à quand l'ambassadeur Centrafrique au prés de Paris s'investira dans la gestion de l'état Français? pourquoi le contraire est justifié en Centrafrique? que cela cesse.

Mon pays doit être totalement souverain.
Qui vivra VERRA.
Yes we can also!!!! Yes we are able!!!
Sorokaté Alias Domzan!Bene.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués